Les Pays-Bas partagent leurs expériences avec le Vietnam dans le développement durable

Lundi, 19 novembre 2018 à 12:19:13
 Font Size:     |        Print
 

Photo: NDEL

Nhân Dân en ligne – Le delta du Mékong doit faire face à de nombreuses catastrophes naturelles telles que les crues, la sécheresse, la pollution de l’eau, les glissements de terrain, etc. Si les autorités trouvent des mesures efficaces, le delta du Mékong pourra s’adapter aux changements climatiques et se développer de manière durable.

C’est ce qu’a affirmé Henk Ovink, envoyé spécial néerlandais pour les affaires internationales liées à l’eau lors de son interview accordée au journal Nhân Dân en ligne.

Le journaliste : Monsieur l’envoyé spécial, pourriez-vous nous présenter les réalisations remarquables que le Vietnam et les Pays-Bas ont obtenues dans leur coopération en termes de gestion de l’eau et de résilience aux changements climatiques ces derniers temps ?

Henk Ovink : Le Vietnam et les Pays-Bas ont rendu public le Plan du delta du Mékong en 2013. Il s’agit d’un point d’orgue dans leur partenariat. Les deux pays ont fait tous les efforts possibles pour le succès de ce plan. Actuellement, les visions de ce plan ont été introduites dans la Résolution 120/NQ-CP sur le développement durable et la résilience aux changements climatiques du delta du Mékong qui avait été promulgué en novembre 2017 par le gouvernement vietnamien. C'est la première résolution du gouvernement qui mentionne de façon exhaustive les tâches et mesures pour mener des transformations à grande échelle et construire des modèles de développement durable pour cette région, le plus grand centre de production agricole national, vulnérable aux dérèglements climatiques. Les Pays-Bas prennent en haute estime la direction du gouvernement vietnamien dans la gestion de l’eau et l’adaptation aux changements climatiques. Il s’agit d’une base solide pour que les deux pays renforcent leur coopération en la matière dans l’avenir.

Le journaliste : Selon vous, qu’est-ce qui a contribué en grande partie aux succès de cette coopération ?

Henk Ovink : Premièrement, cette bonne coopération a résulté du respect mutuel. Il s’agit d’une base solide pour la coopération bilatérale. Grâce à cette coopération, les Pays-Bas ont acquis des expériences en faisant des recherches concernant l’eau et le climat dans le delta du Mékong.

Deuxièmement, le Vietnam et les Pays-Bas doivent régler tous les deux les défis des changements climatiques et les impacts humains sur les deltas. Concrètement, au Vietnam, ce sont les deltas du Fleuve Rouge et du Mékong, et au Pays-Bas les deltas des fleuves Rhin et Maas. Ces régions ont été gravement touchées par les changements climatiques, l’urbanisation, l’industrialisation et l’enfoncement. Il s’agit toutefois de régions potentielles pour le développement durable de l’agriculture, la construction de ports maritimes et la croissance économique. Cette similitude entre les deux pays leur ont permis de partager leurs expériences professionnelles. Pourtant, il existe bien sûr des différences. Cela leur a permis d’apprendre les uns des autres.

Les experts néerlandais pourront contribuer à la création d’une vision stratégique pour un delta du Mékong capable de s’adapter aux changements climatiques. Les Pays-Bas souhaitent partager avec le Vietnam leurs expériences professionnelles et l’aider à régler les conséquences provoquées par les changements climatiques. Les deux pays ont maintenu une coordination étroite pour renforcer la résilience aux catastrophes et aux changements climatiques au cours des dix dernières années.

Le journaliste : Quelles sont vos propositions pour aider le delta du Mékong à se développer de manière durable ?

Un coin du delta du Mékong. Photo : NDEL

Henk Ovink : En fait, les crues, la sécheresse, l’intrusion d'eau salée ou la pollution de l’eau ont provoqué des effets négatifs sur la vie quotidienne de la population et sur l’économie. Nous ne pouvons pas enrayer les catastrophes naturelles, mais nous pouvons en atténuer les conséquences, et les prévenir. Comme vous le savez, notre pays se trouve au-dessus du niveau de mer et la moitié de notre territoire pourrait être inondée si nous ne construisions pas un système de digues solide. Nous sommes prêts à partager avec le Vietnam nos expériences en la matière.

Les deux pays ont signé en 2010 un accord de partenariat stratégique sur la gestion de l’eau et les changements climatiques. Son point d’orgue est l’aide technique de la partie néerlandaise pour le plan du delta du Mékong.

Nous apprenons aussi que les crues nous apportent à la fois des effets négatifs et des effets positifs. Par exemple, les crues rendent la terre plus fertile. Les experts néerlandais ont alors proposé au gouvernement vietnamien de trouver des mesures pour bien vivre les crues. Le plus important est de contrôler les crues, pas de lutter contre elles. Il faut profiter des effets positifs des crues pour contrôler leurs conséquences. Pour contrôler les crues, nous devons élaborer une stratégie globale pour tout le delta du Mékong.

C’est le même cas pour l’intrusion d'eau salée. Cette catastrophe naturelle provoque des effets négatifs pour les riziculteurs, mais elle apporte aussi des ressources pour élever des crevettes. Il est donc important que nous puissions nous adapter aux changements climatiques.

Le journaliste : Quelles sont les aides des Pays-Bas dans les temps à venir afin de renforcer la mise en œuvre de la Résolution 120 visant à développer le delta du Mékong de manière durable ?

Henk Ovink : Les Pays-Bas sont prêts à se coordonner avec le Vietnam dans la mise en œuvre de cette Résolution.

Le plan du delta du Mékong a été mis en place en 2013 avec les aides des partenaires de développement néerlandais. La partie néerlandaise est prête à se coordonner avec les ministères et les organes concernés du Vietnam dans la mise en place des tâches confiées.

Le journaliste : Nous vous remercions.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: