Le Vietnam prend en haute estime le rôle de l’ONU dans le règlement des conflits et différends internationaux

Jeudi, 30 août 2018 à 09:05:16
 Font Size:     |        Print
 

L'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU. Photo: VNA.

Nhân Dân en ligne - L’ONU joue un rôle crucial dans la prévention des conflits et le règlement des différends internationaux par des mesures pacifiques conformément à l’article 33 de la Charte de l’ONU.

C’est ce qu’a déclaré l'ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la Mission permanente du Vietnam auprès de l’ONU, lors d’un débat ouvert sur le thème « Réconciliation et règlement pacifique des différends », organisé le 29 août à New York par le Conseil de sécurité de l’ONU.

Dang Dinh Quy a hautement apprécié le soutien efficace de l’ONU dans le traitement des conséquences des conflits.

Le vice-ministre vietnamien a suggéré à l’ONU de rendre plus effectifs tous les instruments de diplomatie préventive et de médiation existants, de valoriser le rôle du secrétaire générale de l’ONU et des organes coordonnateurs concernés, ainsi que de renforcer la coordination étroite au sein de l’ONU mais aussi entre l’ONU et les organisons régionales et sous-régionales afin d’empêcher la cause radicale des conflits internationaux.

Dang Dinh Quy a également souligné le rôle important des organisons régionales et sous-régionales dans le maintien de la paix et de la sécurité mondiale. Il a affirmé la volonté de l’ASEAN de promouvoir les mécanismes de dialogue et la compréhension mutuelle, d’édifier un environnement de coopération et d’amitié, d’élaborer et d’appliquer pleinement les règles et normes de conduite dans la région, ainsi que de renforcer la construction de la confiance et les mesures diplomatiques préventives. Cela vise à bien contrôler les désaccords et à régler les différends sur la base du respect du droit international.

Dans son discours d’ouverture, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a appelé la communauté internationale à faire preuve de détermination et de créativité dans la recherche des mesures pacifiques, y compris la médiation, pour régler les conflits et différends qui évoluent de manière de plus en plus complexe. L’ONU, quant à elle, est prête à soutenir les efforts de ses pays membres sur cette question.

Antonio Guterres a aussi jugé nécessaire de renforcer la compréhension mutuelle entre les pays, de mettre en œuvre efficacement les instruments de réconciliation, de privilégier le règlement pacifique des différends et de s'abstenir de recourir à la force.

Les délégués du débat ont tous affirmé soutenir le règlement des conflits et différends par des mesures pacifiques sur la base du chapitre VI de la Charte de l’ONU. Ils ont salué les efforts de l’ONU en tant que médiateur dans les récents conflits internationaux, ainsi que le rôle important des organisations régionales et sous-régionales et la participation active des femmes dans l’accélération des processus de réconciliation et de démocratisation nationale, l’édification et la garantie de la paix.

NDEL