Le PM Nguyên Xuân Phuc s’entretient avec le Président indien Nath Kovind

Mardi, 20 novembre 2018 à 22:06:38
 Font Size:     |        Print
 

Le PM Nguyên Xuân Phuc (à droite) et le Président indien Ram Nath Kovind, le 20 novembre à Hanoi. Photo : VGP.

Nhân Dân en ligne - Le Premier ministre (PM) du Vietnam, Nguyên Xuân Phuc, et le Président indien Ram Nath Kovind ont discuté d'une vision commune visant à approfondir le Partenariat stratégique intégral entre le Vietnam et l'Inde lors de leur rencontre à Hanoi le 20 novembre, dans le cadre de la visite d'Etat du dirigeant indien au Vietnam.

Exprimant sa joie de recevoir le Président Ram Nath Kovind, le PM Nguyên Xuân Phuc a remercié le Président, les dirigeants et le peuple indien pour leur accueil chaleureux accordé à lui et à la délégation vietnamienne lors de leur visite en Inde en janvier 2018 pour participer au Sommet ASEAN - Inde et à la célébration du 69e Jour de la République de l’Inde.

De son côté, le Président indien s’est déclaré satisfait de sa première visite d’Etat au Vietnam, notamment du succès de son entretien avec le Secrétaire général du Parti communiste du Vietnam (PCV) et Président vietnamien Nguyên Phu Trong et avec la Présidente de l’Assemblée nationale du Vietnam, Nguyên Thi Kim Ngân, ainsi que de son discours devant la législature vietnamienne.

Le chef du Gouvernement vietnamien a profité de cette occasion pour transmettre une invitation à son homologue indien, Narendra Modi, à se rendre au Vietnam.

Les deux dirigeants sont convenus de maintenir régulièrement les échanges de délégations à tous les échelons et par tous les canaux, de mettre en œuvre efficacement les mécanismes de coopération existants et de rechercher de nouvelles mesures pour développer de manière substantielle et durable le Partenariat stratégique intégral Vietnam - Inde.

Soulignant l'efficacité de la coopération bilatérale dans la sécurité et la défense, ils ont estimé qu'il s'agissait d'un pilier essentiel des relations Vietnam - Inde et ont applaudi la mise en œuvre de l’ensemble des crédits d’un montant de 100 millions de dollars pour aider les forces frontalières vietnamiennes à construire des navires de patrouille à grande vitesse.

La rencontre entre les deux parties. Photo : VGP.

En 2017, les échanges commerciaux bilatéraux ont atteint 12,8 milliards de dollars. Cependant, la coopération vietnamo-indienne dans l’économie et le commerce reste encore modeste et en deçà des potentiels des deux pays. Nguyên Xuân Phuc et Ram Nath Kovind ont donc souligné la nécessité de donner la priorité a la promotion de la coopération économique dans les temps à venir, afin d'atteindre bientôt l'objectif de 15 milliards de dollars d'échanges bilatéraux.

Les deux dirigeants ont suggéré aux ministères et secteurs concernés des deux pays de dialoguer ensemble pour favoriser la pénétration des marchandises de l’un dans le marché de l’autre. Le PM vietnamien a remercié les dirigeants indiens, en particulier le Premier ministre Modi, pour leur volonté de discuter de la réduction de la protection des échanges commerciaux, protégeant ainsi les intérêts des entreprises vietnamiennes.

Il a aussi souligné que le Vietnam souhaitait la bienvenue aux entreprises indienne et continuerait de leur créer des conditions favorables pour qu’elles puissent se lancer dans des projets clés au Vietnam dans les domaines de l’énergie, des énergies renouvelables et de l’agriculture de haute technologie.

Les deux parties sont convenues d'intensifier la coopération entre le Groupe national de pétrole et de gaz du Vietnam (PVN) et la compagnie indienne Oil and Natural Gas Corporation (ONGC) dans le domaine de l’exploration et de l’exploitation pétrolière et gazière au Vietnam.

Elles ont également décidé d’accélérer la coopération bilatérale dans les domaines de la culture, du tourisme, de l'aviation, des échanges entre les habitants, de l'éducation et de la formation, etc.

Les dirigeants du Vietnam et de l’Inde se sont promis un soutien mutuel solide et une collaboration étroite au sein des forums régionaux et multilatéraux, dont l’Organisation des Nations Unis.

A propos de la question de la Mer Orientale, les deux dirigeants ont insisté sur l’importance de la paix, de la stabilité, de la sécurité, de la sûreté et de la liberté de navigation aérienne et maritime dans cette zone. Ils ont appelé les parties concernées à régler leurs litiges par voie pacifique, sur la base du droit international, a fortiori la Convention des Nations Unies sur le Droit de la mer de 1982 (UNCLOS), et à parvenir rapidement à un Code de conduite en Mer Orientale (COC), un code substantiel, efficace et contraignant.

NDEL