À la découverte des particularités culturelles des Tà Ôi

Lundi, 04 mars 2019 à 17:26:02
 Font Size:     |        Print
 

Le sorcier remercie les génies qui protègent les villageois. Photo : CVN.

Nhân Dân en ligne - Aza Koonh est la plus importante fête de l’ethnie Tà Ôi dans la province de Thua Thiên-Huê (au Centre). C’est une bonne occasion pour les locaux de remercier les génies qui protègent leur vie.

La fête Aza Koonh (ou la fête pour souhaiter une bonne récolte) est une particularité culturelle de l'ethnie Tà Ôi de la province de Thua Thiên-Huê. En cette occasion, les participants expriment leur vénération envers les génies et particulièrement envers la Mère du riz qui nourrit chaque génération de Tà Ôi.

Les offrandes sont soigneusement préparées et comprennent viande de porc, viande de poulet, légumes, fruits, riz gluant cuit à la vapeur et gâteaux traditionnels de l’ethnie. Ensuite, le sorcier du village procède à la cérémonie de culte en sollicitant de bonnes récoltes et la protection des génies. Lors de cette cérémonie, les Tà Ôi rendent hommage non seulement aux génies de l’agriculture, mais également aux génies de la montagne, de la rivière, du ciel et de la terre.

À la fin du culte, les villageois se réunissent pour boire de l’alcool de riz à la paille, généralement faite de bambou, et participer aux activités festives. Les garçons et les filles se lancent dans la musique tumultueuse des tambours et des gongs nécessaire aux danses traditionnelles. Grâce à ces activités, les locaux commencent une nouvelle récolte avec un grand enthousiasme. D’autre part, la fête contribue à réconcilier les familles du village. " Nous célébrons cette fête pour remercier les esprits pour l’année passée et solliciter de bonnes récoltes et la santé pour tous en cette nouvelle année ", souligne Viên Dang Minh.

En assistant à la fête traditionnelle des Ta Ôi, les visiteurs ont l’occasion d’étudier la technique de tissage dite Dèng, reconnue comme patrimoine culturel immatériel national en 2016. C’est un métier traditionnel transmis de génération en génération chez les Ta Ôi. Il est renommé pour une spécificité bien précise: les artisans utilisent des perles de verre pour créer des motifs décoratifs sur les tissus. Cette technique est différente de celle appliquée par les artisans d’autres ethnies qui utilisent des fils. Il s’agit là d’une étape difficile qui exige des compétences extrêmement fines. Les tissus issus de cette méthode de fabrication sont appréciés pour leur beauté sauvage avec près de 80 motifs décoratifs qui décrivent des ruisseaux, des collines, des oiseaux et des arbres…

Préparation des gâteaux Akoat pour la fête Aza Koonh. Photo : CVN.

« Pour la technique de tissage Dèng, il faut passer par plusieurs étapes. La préparation du métier à tisser est l’étape la plus difficile parce que l’artisan doit assurer son équilibre », informe la jeune A Viêt Sim. Et d’ajouter que le temps requis pour un produit dépend de la broderie des perles de verres. Si celle-ci est difficile, les artisans auront besoin d’un mois pour une pièce de tissu, peut être même des mois pour les grandes pièces. Dans le cas contraire, il ne faut que quelques semaines.

À cette occasion, les femmes Tà Ôi présentent aux visiteurs la préparation du gâteau Akoat ou gâteau de l’amour. Ce dernier est fait en « nêp than », une sorte de riz gluant spécial. Le gâteau Akoat n’a pas de garniture. Il est habituellement mangé avec de la viande de poulet ou un mélange de sel, de sésames et de cacahuètes grillées et pillées. C’est un plat indispensable pour les mariages et les fêtes de l’ethnie Tà Ôi parce qu’il est symbole de bonheur, de prospérité et d’esprit de solidarité pour surmonter les difficultés. « Le gâteau Akoat est délicieux grâce à la bonne odeur des feuilles de roseaux à balais », insiste Hô Thi Nhât.

La fête traditionnelle des Tà Ôi a été reconstituée dans le cadre du festival « Couleurs printanières dans toutes les régions du pays 2019 », récemment organisé au Village culturel et touristique des ethnies du Vietnam dans la zone toutistique Dông Mô, chef-lieu de Son Tây, en banlieue de Hanoï. À cette occasion annuelle, plus de 200 personnes, à savoir les patriarches de villages et les artisans issus de 17 provinces et villes, représentant tous les groupes ethniques du pays, se sont réunis. La fête a pour but de valoriser l’identité culturelle des divers groupes ethniques ainsi que de resserrer la solidarité interethnique.

CVN/NDEL