Le Têt Hoa de l’ethnie Công

Jeudi, 13 février 2020 à 21:37:38
 Font Size:     |        Print
 

Le rite de Baci pour la prière de la paix. Photo : Journal Công Thuong

Nhân Dân en ligne – Quand les célosies fleurissent d’un rouge éclatant sur les flancs, ce qui annonce que des moissons sont achevés, l’ethnie Công vivant dans la province montagneuse septentrionale de Diên Biên, organise le Têt Hoa (Têt des fleurs), leur plus grande fête de l’année.

Comme d’autres ethnies minoritaires dans la province de Diên Biên, des Công font leurs travaux champêtres sur les brûlis, les rizières en gradin et les rizières inondées, chaque année ils ont une moisson principale. En plus, ils font également des cultures vivrières en terre sèche au bord de la rivière pour l’élevage des volailles et des animaux. Si le Têt des fleurs n’est pas encore organisé, personne ne peut faire les brûlis, travailler aux champs, s’amuser ou chanter.

Pour préparer le Têt des fleurs, dès le matin tôt, le chef des familles vont aux champs pour cueillir des fleurs de célosies pour décorer le plateau d’offrande composé des produits agricoles récoltés pendant l’année, puis le ramène chez un sorcier spécialisé dans les cérémonies de cultes. Celui-ci s’assoit devant le plateau de culte et invite respectueusement des esprits et des ancêtres à passer le Têt. Après des coups de tambours et de gongs retentissant partout le village, le Têt des fleurs commence. Au nom des villageois, le sorcier spécialisé dans les cérémonies de cultes rend compte de la situation des moissons pendant l’année, en souhaitant le climat favorable, la bonne récolte, la santé et la paix aux villageois.

Le sorcier spécialisé dans les cérémonies de cultes s’assoit devant le plateau de culte et invite respectueusement des esprits et des ancêtres à passer le Têt. Photo: Journal Công Thuong

Durant les jours du Têt des fleurs, tout le village est joyeusement animé dans l’ambiance de fête, ils se prennent la main dans des figures de danse « xoè », en chantant des mélodies folkloriques traditionnels et en jetant des graines de riz et de maïs dans l’espace environnant avec un souhait que tous les êtres et les choses s’épanouissent comme ces semences dans la nouvelle année.

Les villageois jettent des graines de riz et de maïs dans l’espace environnant avec un souhait que tous les êtres et les choses s’épanouissent comme ces semences dans la nouvelle année. Photo: Journal Công Thuong

Le Têt des fleurs de l’ethnie Công est un beau trait culturel affirmant le processus de formation, d’existence comme de développement de leur identité culturelle, dont le rite de culte des ancêtres et la croyance aux esprits.

Le Têt n’est pas seulement une occasion pour remercier des esprits et des ancêtres, qui ont aidé des villageois à avoir le bon climat, la bonne récolte, la bonne santé et la chance, mais s’agissant également d’une occasion pour la prière de la prospérité et de la paix pour la nouvelle année.

NDEL