Augmenter la part de marché des produits agricoles vietnamiens sur le marché sud-coréen

Jeudi, 12 septembre 2019 à 16:50:47
 Font Size:     |        Print
 

Photo : Congthuong.

Nhân Dân en ligne – Chaque année, la République de Corée doit dépenser plus de 35 milliards de dollars pour importer des produits agricoles et aquatiques. Les entreprises vietnamiennes s’intéressent bien aux exportations vers le marché sud-coréen malgré de nombreuses exigences en matière de qualité et de sécurité.

Jusqu’à présent, l’Accord de libre-échange Vietnam–République de Corée (VKFTA) est en vigueur depuis 4 ans. Mais la présence des produits agricoles vietnamiens sur ce marché d’Asie du Nord-Est reste encore modeste.

Selon des statistiques, la République de Corée a importé en 2018 pour 35,2 milliards de dollars de produits agricoles, sylvicoles et piscicoles, dont 8,44 milliards de dollars de fruits et légumes, 5,045 milliards de dollars de marchandises aquatiques et 3,825 milliards de dollars d’articles forestiers. Cependant, sur ce marché, les produits vietnamiens en la matière ne représentent que près de 6% du marché, avec un chiffre d’affaires de 2,145 milliards de dollars en 2018. Au cours des six premiers mois de 2019, les exportations de produits agricoles, piscicoles et sylvicoles ont seulement obtenu une valeur d’environ 760 millions de dollars.

Selon Hong Sun, vice-président de l’Association des Entreprises sud-coréennes (KORCHAM), le Vietnam dispose d’un grand potentiel et devra effectuer davantage de nombreux efforts pour augmenter ses exportations de marchandises agricoles, piscicoles et sylvicoles vers la République de Corée.

Dans le but d’accroître la quantité de produits agricoles, forestiers et aquatiques vietnamiens exportés vers le marché sud-coréen, le directeur général de CJ Freshway Vietnam, Son Sung Hoon, a déclaré que les entreprises vietnamiennes devaient garantir la stabilité de l’approvisionnement. Les pays importateurs, comme la République de Corée, ont souvent leurs propres réglementations et normes pour les produits agricoles importés.

Plus précisément, les entreprises vietnamiennes nécessiteront de comprendre les réglementations et exigences techniques relatives aux mesures sanitaires et phytosanitaires du marché sud-coréen, en établissant un mécanisme de coopération entre les organes de gestion, les entreprises et les producteurs afin de garantir toute la chaîne de production et d’approvisionnement

En outre, le développement d’une stratégie de marketing pour des produits et l’élaboration d’un plan de production et de transformation des produits agricoles exportés sont également des exigences de la partie sud-coréenne.

À noter que les sociétés vietnamiennes doivent attacher une attention à propos des chaînes de distribution, y compris des hypermarchés, des supermarchés de grande, moyenne et petite taille, représentant la plus grande proportion avec 67%, contre 27% pour des marchés traditionnels.

NDEL

  Partager cet article