Des entreprises japonaises veulent importer davantage de fruits et de légumes vietnamiens

Mardi, 03 décembre 2019 à 17:44:52
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : http://www.favri.org.vn/

Nhân Dân en ligne – Beaucoup d’entreprises japonaises veulent acheter des légumes vietnamiennes pour faire des produits alimentaires destinés à l’exportation vers le Japon.

C’est une information donnée lors d’une rencontre d’entreprises agricoles organisée le 2 décembre à Hô Chi Minh-Ville par l'Agence japonaise chargée de la promotion du commerce extérieur (JETRO), avec la participation de 22 entreprises japonaises et 100 entreprises vietnamiennes.

Asuzacfoods est une compagnie spécialisée dans la fabrication de produits alimentaires séchés à air chaud et froid. Elle dispose de deux usines à Hô Chi Minh-Ville et à Dà Lat. Toutes les matières premières qu’elle utilise sont fournies par des agriculteurs à Da Lat. Elle veut chercher d’autres fournisseurs au Nord et au Sud.

Akihiko Omori, directeur de l’usine d’Asuzacfoods à Hô Chi Minh-Ville a dit que sa compagnie voulait coopérer avec des compagnies et des coopératives qui fournissent en grande volume des fruits et des légumes d'origine japonaise. L’usine à Hô Chi Minh-Ville a un grand besoin de citrouilles d’origine japonaise tandis que l’usine à Dà Lat a besoin de l'épinard, du chou de Chine, des fraises congelées et du poivre vert.

Actuellement, Asuzacfoods exporte au Japon divers produits tels que le maïs doux, la banane, l'épinard, le chou cabus et la coriandre pour approvisionner des producteurs d’aliments instantanés. La compagnie a l’intention de diversifier ses produits et augmenter les produits OEM (fabricant d'équipement d'origine) faits au Vietnam.

Tanaka Foods, un producteur du furikake (un condiment utilisé dans la cuisine japonaise) entend acheter des légumes séchées vietnamiennes.

Kumamoto Keiwa, une entreprise qui produit différentes marques de thé, veut chercher des fournisseurs de thé pour son usine dans la province d’Ha Nam. Tous les produits de la compagnie sont exportés vers le marché japonais.

L’année prochaine, Kumamoto Keiwa a l’intention de créer une compagnie d’import-export pour vendre ses produits au Vietnam, selon son directeur exécutif Takayuki Miyano. La compagnie cherche à coopérer avec des hôtels, restaurants, cafés et des épiceries vietnamiens.

Valor Holdings veut acheter des fleurs vietnamiennes comme les chrysanthèmes et les lys pour exporter vers le Japon.

D’autres compagnies veulent vendre au Vietnam des machines et des équipements au service de l’agriculture et de la production des aliments. La compagnie Taiki Sangyo, par exemple, a présenté ses déshydrateurs alimentaires d’une puissance de 519W à 10 000W à des prix qui se varient de 1 000 à 10 000 yens.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: