COVID-19 : des opportunités pour le Vietnam sur le marché européen

Lundi, 11 mai 2020 à 17:07:12
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : Reuters.

Nhân Dân en ligne - Pour les économies européennes, afin de surmonter les difficultés pendant la période post-COVID-19, de nombreuses solutions seront nécessaires, y compris la recherche de nouveaux marchés et l’EVFTA.

Après plus de deux mois de mise en œuvre de nombreuses règles de confinement pour faire face à COVID-19, l'Europe cherche à ouvrir progressivement ses économies alors que les conséquences des restrictions d'urgence commencent à se faire sentir.

Cependant, il reste encore une question “Quand les choses peuvent redevenir normales ?”.

“Dans le contexte où il y aurait une deuxième vague d'infection comme avertissement, est-ce que les pays devront fermer leurs économies pour protéger les gens”, ce problème demeure en discussion.

Des mesures de confinement strict ont contribué à abaisser le taux d'infection de base (R0) du virus du SARS-CoV-2 dans les pays européens du niveau No 3 au No 1.

Le directeur du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, Andrea Ammon, a déclaré que le nombre de cas de COVID-19 en Europe avait diminué depuis le 2 mai et qu’il semblait que la première vague d'infection en Europe ait atteint son apogée.

Photo d'illustration : Ladepeche.

Les efforts de santé publique les plus importants de l'histoire ont également été enregistrés lorsque des dirigeants mondiaux et des organisations caritatives ont collecté au moins 8,23 milliards de dollars pour la recherche sur le vaccin contre le SARS-CoV-2 provoquant l'épidémie de COVID-19.

Il s’agit des conditions préalables pour que les dirigeants des pays européens envisagent de supprimer progressivement les mesures de confinement pour passer à l'étape suivante.

Par ailleurs, la pression des groupes et des entreprises, qui s'impatientent de reprendre rapidement leurs activités économiques quotidiennes comme avant la période épidémique.

Selon les prévisions de la Commission européenne (CE) le week-end dernier, l'économie de la zone euro baissera de 7,7% cette année, un “taux de déclin économique historique”.

En outre, la dernière enquête IHS Markit a révélé que l'indice des directeurs d'achat (PMI) de la zone euro en avril 2020 est passé de 44,5 du mois précédent à 33,4, le niveau le plus bas depuis 1997.

La pandémie de COVID-19 a nui aux dépenses de consommation, à la production industrielle, aux investissements, au commerce, aux flux de capitaux et à la chaîne d'approvisionnement de la région, en particulier dans les plus grandes économies d’Europe.

Notamment, cette épidémie a frappé l'économie, qui commençait à se redresser après 2019, affectée par les différends commerciaux et les inquiétudes provoqués par la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (UE).


Photo d'illustration : NDEL.

Face aux effets négatifs de la pandémie de COVID-19 sur l'économie, de nombreux pays ont lancé des plans de relance à grande échelle, augmenté les dépenses budgétaires pour lutter contre la pandémie et maintenu les activités économiques essentielles et les solutions de soutien en faveur des travailleurs.

Les dirigeants des pays de l'UE ont convenu de créer un fonds de relance économique post-pandémique qui devrait valoir plus de 1 000 milliards d’euros, soit 1 076 milliards de dollars.

Le Gouvernement allemand a également approuvé un plan de sauvetage d'une valeur de 1 100 milliards d'euros, soit 1 200 milliards de dollars, pour soutenir cette plus grande économie européenne. Pour sa part, la Suisse envisage un plan de relance de 40 millions de dollars pour l'industrie du tourisme en plus de plans de sauvetage d'une valeur de plus de 42 milliards de dollars pour soutenir l'économie.

Ces plans de relance prendront effet pour aider la demande à augmenter progressivement une fois que la lutte contre la pandémie aura des résultats positifs.

Pour les économies européennes, en vue de surmonter les difficultés dès que l'épidémie passe, de nombreuses solutions seront nécessaires, y compris la recherche de nouveaux marchés et l'accord de libre-échange Vietnam-UE (EVFTA).

Le Vietnam, un marché important avec près de 100 millions d'habitants, peut être considéré comme une porte pour la recherche des marchés, des sources de fourniture et des usines de l'UE.

L'EVFTA, approuvé par le Conseil européen le 30 mars, donne également au Vietnam de bonnes possibilités d'accéder au marché européen avec des taux d'imposition préférentiels par rapport à ses concurrents.

Photo d'illustration : Reuters.

Conformément à l'engagement de l'EVFTA, jusqu'à 70% des marchandises bénéficieront d'une réduction fiscale, En particulier, l'UE supprimera les droits à l'importation sur 99,7% des lignes tarifaires. En tant que l'un des plus grands marchés d'exportation du Vietnam avec un chiffre d'affaires à l'exportation de 41,48 milliards de dollars l'an dernier et un chiffre d'affaires à l’importation de 14,91 milliards de dollars, l'EVFTA créera un grand avantage pour les exportations du Vietnam vers le marché européen, en particulier pour des produits agricoles et aquacoles vietnamiens.

La ratification rapide de l'EVFTA ainsi que les mesures de soutien aideront bientôt les entreprises à surmonter les difficultés après une période de stagnation due à l’épidémie de COVID-19, à accéder mieux aux nouveaux marchés et à reprendre la production.

NDEL