Un diplomate tchèque est optimiste quant à la croissance économique du Vietnam en 2021

Lundi, 25 janvier 2021 à 14:12:00
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : http://baochinhphu.vn/

Nhân Dân en ligne – Le Vietnam continue d’être l’une des économies ayant le plus fort développement au monde. En effet, tandis que l’économie mondiale fait face à la récession, le Vietnam fait partie des rares pays qui ont obtenu une croissance positive en 2020.

C’est ce qu’indique le diplomate David Jarkulisch, de l’ambassade tchèque à Hanoi, dans un article récemment publié sur le site web du ministère tchèque des Affaires étrangères.

L’article met en valeur les réalisations économiques du Vietnam en 2020, dont une croissance positive du PIB de 2,9 %. Par PIB nominal, le Vietnam se classe au quatrième rang des plus grandes économies en Asie du Sud-Est, avec 340 milliards de dollars, dépassant ainsi Singapour (337 milliards de dollars) et la Malaisie (336 milliards de dollars).

David Jarkulisch pense que les exportations et les investissements étrangers ont été les deux facteurs principaux qui ont permis au Vietnam d’atteindre une croissance positive. Et à son tour, une telle croissance a fait progresser le pouvoir d’achat intérieur.

D’après l’auteur, le fait que la pandémie de COVID-19 a été rapidement maitrisée a permis à la plupart des secteurs économiques de tenir bon, sauf pour le tourisme et les secteurs qui en dépendent. Les mesures de contrôle et les paquets de soutien efficaces ont permis au gouvernement vietnamien de gagner la confiance des entreprises.

L’auteur cite une enquête effectuée en novembre 2020 par HSBC Navigator, selon laquelle les entreprises vietnamiennes sont les plus optimistes au monde. 55 % d’entre elles se déclarent optimistes quant à la croissance économique de leur pays, contre un taux moyen de 29 % dans le monde. La confiance règne aussi chez les consommateurs avec 80 % de la population vietnamienne qui a confiance dans une reprise économique rapide cette année.

L’auteur ajoute que les dépenses du gouvernement vietnamien constituent une autre motivation de la croissance. En 2020, le gouvernement a ratifié une série de paquets de soutien à l’économie d’une valeur totale de 29,5 milliards de dollars, soit 11 % du PIB.

En outre, la pandémie de COVID-19 n’a pas entrainé que des effets négatifs. Durant la pandémie, on a observé une délocalisation de plus en plus importante des investissements étrangers de Chine vers le Vietnam. Cette tendance a commencé depuis la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis. C’est pourquoi malgré les effets néfastes du COVID-19, les investissements étrangers au Vietnam ont atteint 20 milliards de dollars en 2020, soit presque le chiffre de 2019.

En 2020, le secteur industriel à destination de l’exportation était le moteur majeur de croissance de l’économie vietnamienne. En effet, la croissance des exportations était essentiellement due au fait que les investisseurs sud-coréens, japonais et chinois ont développé leur production dans le domaine des technologies électroniques.

À propos du tourisme, l’auteur a fait savoir que le nombre de touristes étrangers voyageant au Vietnam a diminué de 80 % sur un nombre de 21 millions de touristes étrangers qui a contribué 60 milliards au PIB de 2019. Cette situation a obligé de nombreux hôtels et centres de loisirs à réduire leurs services. Il en résulte que 70 % des travailleurs de cette industrie ont subi soit une réduction de salaire soit un licenciement.

La crise économique mondiale causée par le COVID-19 a également touché les envois de fonds effectués par les Vietnamiens à l’étranger. Ces envois représentent normalement 6 % du PIB. En 2020, les envois de fonds ont été de 15,7 milliards de dollars, contre 17 milliards de dollars en 2019. Il s’agissait de la première baisse depuis les 11 dernières années. Le Vietnam demeure toutefois l’un des dix principaux pays receveurs d’envois de fonds.

L’auteur prévoit que la croissance économique du Vietnam récupérera ses forces en 2021. Cependant, le Vietnam ne pourra pas reprendre une croissance de 7 % comme avant la pandémie. Le chiffre pourrait varier entre 6 % et 6,8 %.

NDEL