Promotion de la coopération dans les investissements et le commerce entre le Vietnam et l’Inde

Lundi, 25 janvier 2021 à 15:28:10
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne — Le textile et l’habillement, l’industrie agroalimentaire, la pharmacie, les technologies de l’information, les matériaux de construction et les énergies renouvelables sont des domaines potentiels dans lesquels les entreprises vietnamiennes et indiennes peuvent augmenter leurs investissements.

Le 22 janvier, le Consulat général d’Inde à Hô Chi Minh-Ville en coordination avec le Centre de promotion du commerce et de l’investissement de Hô Chi Minh-Ville (ITPC) et le groupe VinaCapital a organisé un forum sur les opportunités d’investissements pour les entreprises vietnamiennes et indiennes.

Un fort potentiel de coopération

Selon Don Lâm, directeur général de VinaCapital, malgré les effets négatifs causés par l’épidémie de Covid-19, le secteur privé du Vietnam a quand même connu une croissance. En 2020, le pays a compté 135 000 nouvelles entreprises avec un fond d’enregistrement total de 2 200 milliards de dôngs (94 milliards de dollars), soit une hausse de 29 % par rapport à la même période de l’année précédente.

Actuellement, les dirigeants de petites et moyennes entreprises s’apprêtent déjà à entrer dans une période de reprise et de développement économiques. Ils accordent une grande attention au renforcement de leurs relations commerciales avec la partie indienne.

En 2016, les échanges commerciaux bilatéraux n’ont atteint que 2,7 milliards de dollars. 3 ans après, ce chiffre s’est élevé à 4,5 milliards de dollars (soit une hausse de 65 %). Le Vietnam importe essentiellement du fer, de l’acier, des machines, des produits pharmaceutiques, les produits aquatiques et des pièces détachées automobiles d’Inde.

En même temps, le chiffre d’affaires à l’exportation des produits vietnamiens vers l’Inde a presque triplé, passant de 2,6 milliards de dollars à près de 6,7 milliards de dollars. Le Vietnam exporte essentiellement des téléphones et accessoires, des ordinateurs et composants, des machines, des métaux et des produits chimiques.

« Cependant, le partenariat stratégique entre les deux pays ne se limite pas aux activités d’import-export. Les entreprises indiennes considèrent le Vietnam comme une destination attrayante pour investir dans divers domaines tels que le pétrole et le gaz, l’acier, les minéraux, le thé, le sucre, la formation dans les technologies de l’information et comme un point de transit pour les marchandises échangées en Asie du Sud-Est. », a déclaré Don Lam.

L’ambassadeur indien au Vietnam Pranay Verma a indiqué que les investissements du Vietnam en Inde ont atteint 30 millions de dollars, tandis que ceux d’Inde au Vietnam se sont élevés à 90 millions de dollars.

Selon Pranay Verma, dans les temps à venir, les deux pays pourront promouvoir leur coopération dans les domaines potentiels tels que la transformation des aliments agricoles, la technologie de l’information et le tourisme.

L’ambassadeur du Vietnam en Inde, Pham Sanh Chau, a également déclaré qu’étant dotée d’une population de plus de 1,4 milliard d’habitants, l’Inde était l’un des marchés potentiels que les entreprises vietnamiennes pourraient exploiter, notamment dans le textile et l’habillement et la transformation alimentaire.

Les deux parties s’efforcent de supprimer les barrières

Le Vietnam et l’Inde ont officiellement établi leurs relations diplomatiques en 1972 et les ont portées au niveau de partenariat stratégique intégral en septembre 2016. L’Inde est actuellement l’un des 10 partenaires commerciaux les plus importants du Vietnam et le Vietnam est le quatrième partenaire commercial de l’Inde au sein de l’ASEAN.

Les relations commerciales et d’investissement entre le Vietnam et l’Inde ne cessent de progresser au fil des ans, passant de 200 millions de dollars en 2000 à plus de 12 milliards de dollars pendant l’exercice 2019-2020, mais ce chiffre ne correspond pas encore au potentiel des deux pays.

Cela s’explique par plusieurs raisons telles que les différences culturelles, le manque d’informations sur le marché de l’un et de l’autre et le peu d’activités de promotion commerciale.

Pranay Verma a affirmé que les deux pays devront stimuler leurs relations commerciales pour optimiser leur potentiel.

Selon le vice-ministre du Plan et de l’Investissement, Trân Duy Dong, afin de promouvoir la reprise économique et accélérer le développement pour la période post-Covid-19, les entreprises vietnamiennes et indiennes doivent, dès maintenant, saisir les opportunités de coopération dans la production et le commerce, diversifier les approvisionnements pour promouvoir l’import-export et participer plus profondément à la chaîne d’approvisionnement mondiale.

NDEL