Efforts diplomatiques

Mardi, 27 août 2019 à 12:29:55
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne - Le ministre iranien des AE, M. Zarif, vient de terminer ses visites dans quatre pays, dont la Finlande, la Suède, la Norvège et la France, afin de promouvoir les efforts diplomatiques de son pays visant à réduire l'impact négatif des sanctions américaines. L'Iran souhaitait obtenir le soutien de l'Europe pour résoudre les difficultés économiques actuelles et réduire la pression des États-Unis, dans le cadre du plan de la France visant à atténuer l'escalade des tensions dans le Golfe.

Les relations entre les États-Unis et l'Iran ont été poussées à un nouveau niveau de tension après que Washington ait annoncé son intention d'arrêter le bateau pétrolier iranien Adrian Darya 1, anciennement connu sous le nom de Grace 1, récemment libéré par les autorités du territoire britannique de Gibraltar. Des documents judiciaires récemment publiés aux États-Unis montrent que les États-Unis ont émis un mandat d'arrêt contre le pétrolier Grace 1, les deux millions de barils de pétrole transportés et 995 000 dollars sont passibles de confiscation en raison d'infractions à la loi internationale sur les pouvoirs économiques d'urgence (IEEPA). Washington a également annoncé qu'il appliquerait des sanctions sévères pour empêcher les transporteurs privés de soutenir Adrian Darya ou d'autoriser le pétrolier iranien à accoster. Sous la pression des États-Unis, des responsables grecs ont annoncé qu’ils ne permettraient pas à Adrian Darya d’accoster dans l’un des ports du pays, obligeant le navire à changer de destination et à se diriger vers la Turquie.

À ce stade, les efforts diplomatiques avec l'Europe ont été promus par l'Iran. Au cours de la visite en Europe, le ministre iranien des Affaires étrangères (AE), M. Zarif, a échangé avec le Président français E. Macron au sujet de l'accord sur le nucléaire, le Plan d'action global commun signé par Téhéran et P5 + 1 en 2015. L'Iran voulait exhorter la France, pays au rôle important dans l’Union européenne (UE), d’influencer l’UE dans la mise en œuvre de ses engagements en vertu de l’accord sur le nucléaire visant à protéger les intérêts de Téhéran.

Afin de sauver la situation, le Président françaisE. Macron a proposé soit d'assouplir les sanctions contre l'Iran, soit de fournir « un mécanisme de compensation permettant au peuple iranien de mieux vivre », en contrepartie du respect intégral du pacte, auquel les États-Unis ont renoncé l'année dernière.

Lors de sa rencontre avec son homologue finlandais, le dirigeant iranien a évoqué une série de questions d'actualité visant à réduire les difficultés économiques iraniennes et à apaiser les tensions dans le Golfe. La Finlande est l'actuelle présidente tournante du Conseil de l'UE. L’Iran a souligné qu’il importait de mettre pleinement en œuvre l’Instrument d’appui aux échanges commerciaux (INSTEX), un mécanisme commercial mis en place par l’UE pour sauver l’accord sur le nucléaire conclu avec Téhéran. Dans le même temps, Helsinki pourrait également servir d'intermédiaire pour permettre la poursuite du dialogue entre les États-Unis et l'Iran.

Alors que les efforts diplomatiques sont encouragés, l’Iran a continué à faire preuve de fermeté, affirmant qu’il ne négocierait pas un nouvel accord nucléaire avec les États-Unis. Téhéran a également confirmé sa capacité impressionnante à assurer la sécurité régionale car il possède le plus long littoral du Golfe. L'Iran a averti que toute tentative de saisir le pétrolier iranien aurait des « conséquences graves » et que cela serait considéré comme une menace pour la sécurité maritime dans les eaux internationales. Le Président iranien, H. Rouhani, a également déclaré que si les exportations de pétrole iranien étaient réduites à zéro, les voies navigables internationales n'auraient plus la même sécurité qu'avant. Il convient de noter que l’Iran a constamment amélioré sa force défensive. Le commandant du Corps des gardes de la révolution islamique (CGR), H. Salame, a récemment annoncé que l'Iran avait réussi à tester un « nouveau missile ». L’Iran a également lancé le système de défense aérienne Bavar-373, que les médias du pays ont qualifié de concurrent du système de missile de défense aérienne russe S-300.

Immédiatement après la fin de la visite européenne, le ministre iranien des AE a entamé une visite dans plusieurs pays d’Asie de l’Est. Le Président iranien a insisté sur le fait que le pays essayait de maintenir des relations amicales avec de nombreux pays « de l’Est et de l’Ouest », malgré les pressions de Washington pour isoler Téhéran. Avec ses efforts diplomatiques, l’Iran souhaite améliorer la situation économique et montrer sa volonté de céder aux fortes pressions américaines. Un plan visant à apaiser les tensions dans le Golfe est en cours de promotion par la France et les pays européens. C’est un signal positif pour atténuer en partie la montée des tensions actuelle dans les relations américano-iraniennes.

NDEL