Le Vietnam appelle à promouvoir la mise en œuvre des engagements de la Conférence de Berlin sur la Libye

Jeudi, 09 juillet 2020 à 15:17:15
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne – Le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu, le 8 juillet, une réunion en ligne sur la situation en Libye et le fonctionnement de la Mission d’appui des Nations Unies en Libye (MANUL) sous la présidence du ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Mass. Actuellement, l’Allemagne occupe le poste de président en rotation du Conseil de sécurité.

Outre les membres du Conseil de sécurité, des représentants de la Libye, des pays voisins, des pays et des organisations régionales, qui avait participé à la Conférence de Berlin sur la Libye organisée en janvier dernier, étaient présents à cet événement. Lors de la réunion, le Vietnam a appelé à promouvoir la mise en œuvre des engagements de la Conférence de Berlin sur la Libye.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’est dit préoccupé à l’égard de l’escalade en Libye de la situation de guerre, avec un niveau sans précédent de l’intervention depuis l’étranger. Le responsable onusien a également condamné les attaques contre des civils et des installations civiles, dont 21 attaques contre des établissements de santé depuis le début de l’année 2020.

Le Secrétaire général a réitéré l’engagement des pays à la Conférence de Berlin sur la Libye de promouvoir une solution pacifique au conflit en Libye, en exhortant les parties prenantes à cesser immédiatement les combats, à reprendre les négociations et à garantir un accès humanitaire complet dans le contexte de la pandémie de COVID-19. En outre, António Guterres a directement contacté les dirigeants les partis concernées pour promouvoir le contenu de l’accord. Les parties concernées sont responsables de l’application intégrale de l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité.

Lors de la réunion, les pays et les organisations régionales ont partagé leurs préoccupations concernant la situation de guerre en Libye dans le contexte de l’épidémie de COVID-19, en demandant le rétablissement des négociations de paix avec le soutien de la MANUL et en mettant l’accent sur l’importance de mettre fin aux interventions depuis l’étranger et de respecter pleinement l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité.

Le ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Mass a proposé de créer une zone démilitarisée dans la zone entourant la ville de Syrte dans le contexte où l’accord de cessez-le-feu à long terme n’était pas encore ratifié.

Certains pays ont souligné la nécessité de traiter les violations du droit international humanitaire. Pour sa part, le représentant de la Libye a réaffirmé que l’actuel gouvernement libyen, le Gouvernement de solidarité nationale (GNA), était la seule institution légitime du pays, en exprimant le souhait que la communauté internationale et au Conseil de sécurité prendraient des mesures concrètes dans le but de promouvoir la résolution des conflits dans le pays.

L’ambassadeur Dang Dinh Quy, chef de la mission permanente au Vietnam auprès des Nations unies, a réaffirmé l’importance de promouvoir les engagements de la conférence de Berlin sur la Libye, soutenus par le Conseil de sécurité des Nations unies à travers la Résolution 2510. Le diplomate vietnamien a appelé les parties prenantes à immédiatement cesser les combats et à reprendre les négociations de paix, en reconnaissant les efforts de l’ONU, de la MANUL, des pays voisins de la Libye et des organisations régionales pour promouvoir la paix en Libye.

Le chef de la mission permanente vietnamienne a souligné l’importance de respecter l’embargo sur les armes imposé par le Conseil de sécurité. L’ambassadeur a également réaffirmé son soutien aux activités de la MANUL et partagé la nécessité de nommer le nouveau Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye pour remplacer Ghassan Salamé, qui a démissionné début mars.

Selon la MANUL, au cours des six premiers mois de 2020, le nombre de victimes civiles dues au conflit a été de plus de 300, soit une augmentation de 172% par rapport à la même période de l’année dernière. Plus de 400 000 personnes ont perdu leur abri depuis avril 2019. Entre-temps, en date du 8 juillet, la Libye avait enregistré 1 182 cas et 35 décès dus au COVID-19.

NDEL

  Partager cet article