Problème difficile

Vendredi, 06 septembre 2019 à 15:45:44
 Font Size:     |        Print
 

Nhân Dân en ligne - L'Organisation mondiale du Commerce (OMC) se trouve dans une position difficile lorsque le Ministère chinois du Commerce vient d’annoncer qu'il a poursuivi les États-Unis devant l'OMC à propos de l'imposition par Washington de droits de douane sur les produits chinois. Le problème devient encore plus problématique à l'OMC avec le fait que le nombre de poursuites en justice dans le commerce est en forte augmentation, alors que l'Organisation ne semble pas être assez forte pour prendre des décisions mettant fin aux différends commerciaux, en particulier entre de gros partenaires comme les États-Unis et la Chine.

Dans un communiqué publié le 2 septembre, le Ministère chinois du Commerce a déclaré que les dernières actions en matière de fiscalité américaine étaient contraires au consensus atteint par les dirigeants chinois et américains lors d'une récente réunion à Osaka (Japon). La Chine a demandé à plusieurs reprises aux États-Unis de mettre immédiatement fin aux droits de douane sur les produits chinois et si Washington appliquait un plan de hausse des taxes, la Chine continuerait sans aucun doute à prendre des mesures pour défendre ses intérêts. Le Ministère chinois du Commerce a déclaré que Pékin défendrait résolument ses droits en vertu des règles de l'OMC. La Chine a poursuivi les États-Unis en justice dans le contexte où le gouvernement Trump avait commencé le 1er septembre à imposer une taxe de 15% sur les produits importés de Chine, d'une valeur totale de 125 milliards de dollars.

Avant la dernière action en justice mentionnée ci-dessus, la Chine et les États-Unis s’étaient déjà mutuellement amenés à la « porte » de l'OMC pour des actions en justice dans le domaine commercial. En janvier de cette année, la Chine avait entamé un processus juridique pour que l'OMC examine l'action en justice de Pékin contre les taxes à l'importation que les États-Unis ont imposées à 234 milliards de dollars de marchandises chinoises, et avait condamné Washington pour avoir empêché les juges de l'OMC de se prononcer sur cette affaire. Dans le sens opposé, les États-Unis avaient également déposé une plainte contre la Chine, l’Union européenne et certains autres pays auprès de l'OMC au sujet de tarifs de rétorsion visant des produits américains. Toujours lors du forum de l'OMC, le représentant des États-Unis a accusé Pékin de saboter le système commercial mondial et a déclaré que « la Chine elle-même menace la survie commune de l'OMC ».

En fait, les poursuites en matière commerciale se sont multipliées récemment et ont « rendu la tâche difficile » à l'OMC dans le contexte du protectionnisme et de la montée de la guerre commerciale américano-chinoise. L'OMC a récemment déclaré qu'entre octobre 2018 et mai 2019, le groupe des premières économies développées et émergentes mondiales (G-20) avait pris 20 mesures de restriction du commerce, ayant un impact sur la valeur totale des échanges commerciaux de 335,9 milliards de dollars et a mis en garde contre certaines autres mesures qui sont encore à l’étude.

Les analystes s'inquiètent de ce que le nombre croissant de poursuites en justice liées au commerce, de plus en plus longues et complexes, menace la survie de l'OMC et lui fait perdre son rôle. C'est pourquoi, récemment, un certain nombre de pays tels que la Chine, la Russie, l'Inde, le Japon, l'Australie, ect., ont appelé à des réformes urgentes pour protéger l'OMC. Le Secrétaire général des Nations Unies, A. Guterres, s'est adressé récemment au siège de l'OMC à Genève (Suisse) et a également appelé à la réforme de cette organisation mondiale du commerce d'une manière juste et durable. M. Guterres a également demandé aux pays de résoudre les tensions commerciales par le biais d'un dialogue à l'OMC.

Cependant, le grand défi est qu'il est très nécessaire d'avoir le consensus des grands membres de l'OMC tels que les États-Unis, la Chine, le Japon et les pays de l'Union européenne. Pendant ce temps, les membres eux-mêmes tombent dans le « tourbillon de poursuites » les uns des autres à la suite de différends commerciaux. Par conséquent, l'OMC est confrontée au dilemme et à la contradiction et n'est pas assez forte pour résoudre tous les différends commerciaux, mais ne peut pas non plus être réformée pour s'adapter à la nouvelle situation, lorsque les principaux membres sont en profond désaccord.

NDEL