Les visiteurs enthousiasmés par la prise de photos des fleurs d’imperata cylindrica à la Cité pourpre interdite

Jeudi, 03 octobre 2019 à 16:06:05
 Font Size:     |        Print
 

Des fleurs d’imperata cylindrica à la Cité pourpre interdite. Photo : Journal Tô Quôc.

Nhân Dân en ligne – Des amas d’imperata cylindrica fleurissent à côté de la Cité pourpre interdite (Tu Câm Thành) à Dai Nôi (Cité impériale) de Huê au cours de ces derniers jours. Cet endroit est devenu un site attirant de nombreux visiteurs et habitants à venir contempler et prendre des photos souvenirs.

Les fleurs d’imperatas cylindricas blanches fleurissent ensemble à Tu Câm Thành–Dai Nôi de Huê a attiré l’attention de nombreux habitants comme visiteurs.

La couleur tout à fait blanche des fleurs d’imperata cylindrica à côté des anciens murs moussus à Tu Câm Thành–Dai Nôi de Huê a créé une sensation dépaysée à de nombreux visiteurs.

En week-end, de nombreux gens, leurs amis et leurs familles y viennent faire des visites et prendre de jolies photos avec les fleurs d’imperatas cylindricas.

Des jeunes captent leurs images à côté des anciens murs et des fleurs d’imperatas cylindricas.

Des personnes âgées sont également enthousiasmées avec des photos à côté des fleurs d’imperatas cylindricas.

Des imperatas cylindricas à Dai Nôi ont une petite taille, à hauteur de genou, il est difficile alors de prendre de belles photos avec de ses fleurs.

Les enfants sont assez enthousiasmés de s’amuser et de contempler des fleurs d’imperatas cylindricas.

La photo de la petite fille de 5 ans, Fami est géniale comme un ange s’amusant dans les amas de fleurs de d’imperatas cylindricas.

Hormis la prise de photos souvenirs, de nombreux visiteurs admirent des fleurs d’imperatas cylindricas en faisant du vélo.

Des touristes étrangers flânent et respirent l’air pur dans l’espace des fleurs blanches d’imperatas cylindricas.

Il reste encore de nombreux gens au crépuscule à Tu Câm Thành pour flâner, contempler des fleurs d’imperatas cylindricas et les voir épanouir.

( Photo : Journal Tô Quôc)

NDEL