Visite du village de tissage My Nghiêp à Ninh Thuân

Lundi, 10 février 2020 à 22:13:19
 Font Size:     |        Print
 

Ninh Thuân est connue comme la terre où vivent les plus nombreux des Cham du pays. Le village de poterie Bàu Truc et le village de tissage My Nghiêp sont considérés comme les deux représentants les plus représentatifs de l'ethnie Cham de cette province. Ce sont également deux des villages artisanaux les plus anciens d'Asie du Sud-Est. Photo: NDEL

Nhân Dân en ligne - En tant que berceau du tissage de la brocatelle de l’ethnie minoritaire Cham, le village artisanal de My Nghiêp est actuellement l'un des deux villages d'artisanat traditionnels les plus célèbres de la province de Ninh Thuân. Après des siècles d'existence, le tissage artisanal My Nghiêp est toujours préservé et développé dans la communauté, créant une attraction de la terre de Phan Rang.

Ninh Thuân est connue comme la terre où vivent les plus nombreux des Cham du pays. Le village de poterie Bàu Truc et le village de tissage My Nghiêp sont considérés comme les deux représentants les plus représentatifs de l'ethnie Cham de cette province. Ce sont également deux des villages artisanaux les plus anciens d'Asie du Sud-Est.

La porte principale du village de My Nghiêp. Aujourd'hui, le village de tissage My Nghiêp est situé au bourg de Phuoc Dân, dans le district de Ninh Phuoc, à 12 km du centre de la ville de Phan Rang - Thap Chàm au sud de la route nationale 1A.

La route au centre du village de My Nghiêp avec de jolies maisons colorées des Cham. Aujourd'hui, le village de My Nghiêp compte 700 foyers avec environ 4 000 personnes, il y a jusqu'à 500 tisserands qualifiés et expérimentés, attachés à long terme au métier à tisser.

Le plus impressionnant trait du village de métier est que les produits sont entièrement fabriqués à la main, et que le métier se transmet de génération en génération sous forme de « transmission mère-enfant ». Les femmes s’occupent du tissage, tandis que les hommes sont responsables de la découpe et de la couture de brocart en produits.


L’histoire montre que le village était anciennement connu sous le nom Cham «Ca Klaing», tandis que son nom vietnamien était «My Nghiêp». Au 17ème siècle, une femme nommée Ponagar est venue dans cette terre, s'est rendue compte que le climat ici était propice à la culture du coton. Elle a enseigné le tissage pour Ong Xa et Chaleng, un couple vivant dans le village. Depuis lors, avec le village de poterie de Bàu Truc, My Nghiêp s'est développé jusqu’au aujourd’hui.

Le principal matériau qui fait la marque du tissage My Nghiêp est du coton cultivé localement. Après cela, il doit passer par de nombreuses étapes, de la piqûre des fibres de coton au roulage, au trempage, au séchage et à la teinture. Chaque étape nécessite l’attention méticuleuse des travailleurs. Pour créer des motifs délicats et uniques, les tisserands doivent posséder un sens esthétique perspicace et une expérience dans le mélange des couleurs.

Afin de créer une pièce de brocatelle aux couleurs vibrantes, représentant la quintessence de la culture traditionnelle Cham, il faut tout un processus de travail des femmes du village de My Nghiêp. Les visiteurs peuvent difficilement trouver la répétition ou la duplication de motifs et de styles, même si les tissus sont fabriqués par un artisan.

Les symboles à motifs portant l'identité de l'ethnie Cham : la forme de la verrière, le dragon stylisé, le génie de lampes, le génie de Siva.
En plus des pièces d’étoffe de brocatelle, le village de My Nghiêp propose actuellement de nombreux autres produits confectionnés variés, notamment des foulards Cham, des sacs à main, des portefeuilles, des chemises, des vestes, des jupes, des chapeaux et des draps
.

(Photo : NDEL)

NDEL