Hanoï à la saison de changement de feuilles

Mercredi, 20 mai 2020 à 15:59:23
 Font Size:     |        Print
 

La belle image des travailleurs sous les arbres au début de l'été. Photo : NDEL.

Nhân Dân en ligne - Une fois que les jours de distanciation sociale à cause de la pandémie de Covid-19 ont pris fin, le rythme de vie de la capitale Hanoi s'est progressivement stabilisé et les rues vibrent de couleurs d'arbres dont leurs feuilles tombent.

Chaque jour, la rue Phan Dinh Phùng attire de nombreux touristes, photographes et touristes étrangers qui viennent pour prendre des photos et faire des promenades au plus beau moment.

Dans les pays tempérés, l'automne est la saison de changement de feuilles ; cependant, à Hanoi, de nombreux d'arbres perdent leurs feuilles au début de l'été.

Le tapis de feuilles tombées d’arbres « sâu » (pancovier) et « xà cu » (Khaya senegalensis).

De nombreux pancoviers et khraya plantés le long des rues ont attiré de nombreux étrangers dans l’arrondissement de Hoàn Kiêm, la zone diplomatique de l’arrondissement de Ba Dinh et le vieux quartier autour du lac Hoàn Kiêm.

La chute de feuilles signale le début de l'été.

Le trottoir devant la tour Hoà Phong à côté du lac Hoàn Kiêm est couvert de feuilles jaunes d'arbres de pancoviers.

Les rues Hàng Khay et Tràng Thi sont pleines de feuilles mortes.

La rue Lê Thanh Tông devant l'Université de Pharmacie de Hanoi et de l'Université des Sciences relevant de l'Université nationale du Vietnam.

La rue Trân Hung Dao, où de nombreuses ambassades étrangères sont rassemblées, est l'une des rues ayant le plus grand nombre d’arbres de pancoviers et Khaya senegalensis.



Des feuilles tombées sur des auvents d’un ancien immeuble de la rue Ly Thuong Kiêt.

Un étudiant prend le vélo dans la rue Hoàng Hoa Tham.

Des Khaya senegalensis font tomber leurs feuilles à l'école Chu Van An, qui est la plus célèbre école de Hanoi de 112 ans avec ses khaya senegalensis géants.

Une échoppe de thé glacé sur le trottoir de la rue Ly Nam Dê, où se trouvent de nombreuses casernes militaires.

Avec de longs trottoirs et trois rangées d'anciens arbres de pancoviers, Phan Dinh Phùng est connue comme l'une des plus belles rues de la capitale. Pendant les jours en mai, elle est devenue plus poétique avec des centaines d'arbres perdant leurs feuilles.

Une enfant et sa mère marchant dans des rues pleines de feuilles mortes.

Les belles images des travailleurs sous les arbres au début de l'été.

(Photo : NDEL)

NDEL