Russie : possibilité de créer une joint-venture de fabrication pharmaceutique au Vietnam

Lundi, 13 juillet 2020 à 18:40:26
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : Caodangduochanoi.

Nhân Dân en ligne - Les produits pharmaceutiques russes ont de réelles perspectives sur les marchés asiatiques, en particulier au Vietnam. Les entreprises du pays examinent la possibilité de créer une joint-venture pour produire des médicaments au Vietnam, au lieu de se concentrer uniquement sur l’exportation de cet article.

Lors de la réunion en ligne « Le potentiel commercial et la coopération économique entre le Vietnam et la Russie après la récente pandémie de COVID-19 » tenue ce vendredi dernier à Moscou, Liliya Titova, présidente de l’Association des Organisation pharmaceutique professionnelle (SPFO), a déclaré que les produits pharmaceutiques russes avaient de réelles perspectives sur les marchés asiatiques, notamment au Vietnam et en Malaisie. Cependant, la difficulté courante pour les entreprises exportatrices russes est la nécessité de mener des essais cliniques de leurs médicaments à l’étranger, ce qui est très difficile et coûteux.

En outre, le représentant commercial de la Russie au Vietnam, Vyacheslav Kharinov, a fait savoir que la quantité totale de médicaments importés au Vietnam était estimée en moyenne à environ 7 milliards de dollars par an, tandis que les produits pharmaceutiques russes importés vers le Vietnam ne représentaient qu’environ 9 millions de dollars. Bien que les médicaments russes soient largement connus au Vietnam, il existe encore des limites qui empêchent les exportateurs russes de dominer ce marché potentiel.

Selon Vyacheslav Kharinov, l’une des raisons est que les préparations pharmaceutiques russes n’ont pas de certificat internationalement reconnu au Vietnam. Cette réalité oblige les produits pharmaceutiques russes à être inspectés et à prendre beaucoup de temps pour les procédures administratives.

Le représentant commercial de la Russie au Vietnam a déclaré que les deux pays prévoyaient également d’approuver un accord intergouvernemental sur la reconnaissance mutuelle des médicaments afin de créer les conditions permettant aux médicaments russes d’accéder au marché vietnamien.

Dans ce contexte, Vyacheslav Kharinov a recommandé que les entreprises pharmaceutiques russes se concentreraient davantage sur la création d’une coentreprise pour produire des médicaments au Vietnam, au lieu d’accorder une attention uniquement sur l’exportation. Le Vietnam assure qu’environ 50% des produits médicamenteux sont produits dans le pays, mais la majorité des matières premières doivent être importées de l’étranger. Il s’agit d’une bonne occasion pour les entreprises pharmaceutiques russes de coopérer avec des partenaires vietnamiens.

NDEL

  Partager cet article