Vietnam : engagements internationaux pour la population et le développement durbale

Mercredi, 10 juillet 2019 à 11:53:40
 Font Size:     |        Print
 

La représentante en chef de l’UNFPA au Vietnam, Astrid Bant. Photo : MInh Duy/NDEL.

Nhân Dân en ligne – À l’occasion de la Journée mondiale de la population (11 juillet) de cette année avec le thème « 25 ans après la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) : Accélérer la marche afin de réaliser des engagements », le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) au Vietnam a organisé dans la matinée du 10 juillet à Hanoi un colloque en vue de réaffirmer ses engagements dans l’accélération des activités communautaires pour gagner les objectifs fixés lors de la CIPD tenue au Caire en 1994.

Ce colloque a enregistré la présence du vice-ministre vietnamien de la Santé, Nguyên Viêt Tiên ; du coordonnateur résident des Nations unies au Vietnam, Kamal Malhotra ; de la représentante en chef de l’UNFPA au Vietnam, Astrid Bant ; du chef du Bureau du Ministère vietnamien de l'Intérieur, Vu Dang Minh ; de la directrice adjointe du Département général de la Population et de la Planification familiale, Nguyên Thi Ngoc Lan ; du chef du Département de la Santé de la mère et de l’enfant, Nguyên Duc Vinh ; de la cheffe du Bureau du Conseil d’État chargé de l’éducation et du développement des ressources humaines, Luu Bich Ngoc ; et de divers représentants d’organes concernés.

Prenant la parole lors de son allocution d’ouverture, la représentante en chef de l’UNFPA au Vietnam, Astrid Bant, a souligné qu’à côté de nombreuses réalisations acquises dans la mise en œuvre des engagements relatifs à la protection des pouvoirs et des intérêts de chaque citoyen ces derniers temps, il existait encore plusieurs de nouveaux défis et lacunes. L’UNFPA prend en haute considération les efforts du gouvernement vietnamien et de ses partenaires en la matière.

2019 est une année marquant le 50e anniversaire de l’UNFPA, agence directrice des Nations Unies en charge des questions de santé sexuelle et reproductive, et ainsi le 25e anniversaire de la CIPD (ICPD en anglais).

Photo : UNFPA.

L’un des moments les plus importants pour ces débats internationaux est la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), organisée au Caire en 1994. Les 179 pays, y compris le Vietnam, ont adopté un programme d’action sur une stratégie mettant l’accent sur l’interdépendance de la population et du développement, l’émancipation des femmes et la nécessité de satisfaire les besoins de chaque habitant.

Notamment, l’autonomisation des femmes, la volonté de leur procurer un meilleur accès à l'éducation, aux soins de santé et à l’emploi, ainsi que la planification familiale attirent l’attention de nombreux gouvernements. En outre, ce programme vise à œuvrer pour atténuer les inégalités en termes de soins de santé sexuelle et reproductive pour tous les groupes sociaux.

À partir de 2016, le Vietnam s’oriente vers l’exécution de l’Agenda 2030, et ses 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). D’ajouter que le gouvernement vietnamien s’engage à collaborer étroitement avec l’UNFPA et, plus généralement l’ONU, dans la mise en œuvre de l’objectif « Ne laisser personne en arrière ».

Photo : UNFPA.

Pour sa part, l’UNFPA a élaboré une nouvelle stratégie visant à promouvoir l’Agenda 2030, en aspirant à atteindre « trois zéros » d’ici à 2030 : (1) zéro besoin non satisfait en matière de contraception, (2) zéro décès maternel évitable, et (3) zéro violence sexiste et pratique néfaste telle que le mariage d’enfants ou la mutilation génitale féminine. Cette agence onusienne contribue à réduire le nombre de décès maternels évitables à travers des programmes visant à corriger les inégalités d’accès aux services de qualité de santé sexuelle, reproductive, maternelle et néonatale. De plus, l’UNFPA a pris ses efforts en vue de garantir l’accès à des services et des contraceptifs de qualité, ainsi que d’aider des millions de femmes de décider si elles souhaitent avoir des enfants, à quel moment et à quelle fréquence. En ce qui concerne le troisième objectif ci-dessus, le taux de la mutilation génitale féminine a connu une baisse au cours de ces dernières années.

Poursuivant le slogan « Placer l’humain au cœur de notre développement », la représentante en chef de l’UNFPA au Vietnam, Astrid Bant, s’est déclarée convaincue qu’une coopération étroite conduirait harmonie entre la croissance économique, la protection de l’environnement, l’assurance du bien-être social et la lutte contre la pauvreté, et finalement un succès du développement durable.

MINH DUY/NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: