Vietnam : 95e rang parmi les meilleurs pays pour élever ses enfants

Mardi, 13 août 2019 à 12:19:42
 Font Size:     |        Print
 

Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam a grimpé d’une place pour se positionner au 95e rang parmi les 176 meilleurs pays pour élever ses enfants, a-t-on appris du Rapport sur l'enfance dans le monde 2019 de l’organisation Save the Children.

C’est la troisième année que Save the Children publie son rapport sur l'enfance dans le monde, lequel permet d’évaluer l'accès des enfants aux soins de santé, à l'éducation, à l’alimentation et à la protection contre les pratiques néfastes comme le travail des enfants et le mariage des enfants.

Le rapport se base sur le classement de l'Indice de privation de l'enfance 2019 dont les scores sont calculés sur une échelle de 1 à 1 000. Les scores mesurent l’étendue des causes de privation de l’enfance qui touchent les enfants dans chaque pays, comme les décès, la malnutrition sévère, la déscolarisation et le poids qui pèse sur leurs épaules lorsqu’ils doivent assumer un rôle d’adulte dans le travail, le mariage et la maternité.

Dans ce classement, le Vietnam est classé 95e sur 176 pays, avec un score de 831, soit une progression de 67 points par rapport à l’an 2000. Ce bon résultat s’explique par les efforts du pays dans la réduction du taux de travail et de malnutrition aiguë chez les enfants.

L’organisation Save the Children s’est engagée à accompagner le gouvernement vietnamien dans la réduction de ces deux taux, notamment chez les enfants issus d’ethnies minoritaires.

Situation des enfants dans les autres pays

Le Rapport sur l'enfance dans le monde 2019 de Save the Children montre que le monde a fait des progrès remarquables en matière de protection de l'enfance, grâce à un leadership politique fort, aux investissements sociaux et au succès des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies.

Selon Save the Children, au cours de l'année 2000, 970 millions d'enfants auraient été privés de leur enfance en raison de plusieurs « causes de privation de l'enfance », des événements décisifs comme le mariage des enfants, les grossesses précoces, l'exclusion de l'éducation, la maladie, la malnutrition et les décès violents. Aujourd'hui, ce chiffre est tombé à 690 millions, ce qui signifie qu'au moins 280 millions d'enfants se portent mieux aujourd'hui que ce qui aurait été le cas il y a vingt ans. La Chine et l'Inde sont à elles deux à l’origine de plus de la moitié du déclin mondial des retards de croissance.

Sur les huit « causes de privation de l'enfance » examinées dans le rapport, les déplacements dus aux conflits constituent le seul indicateur en hausse, avec 30,5 millions de personnes déplacées de force de plus qu'en 2000, soit une hausse de 80%.

Singapour arrive en tête du classement des pays qui protègent et pourvoient le mieux aux besoins de leurs enfants. Huit pays d'Europe occidentale et la Corée du Sud figurent également dans les dix premiers.

Les progrès les plus spectaculaires ont été enregistrés dans certains des pays les plus pauvres du monde, la Sierra Leone ayant connu les plus fortes améliorations depuis 2000, suivie du Rwanda, de l'Éthiopie et du Niger.

La République centrafricaine figure à la dernière place, le Niger (malgré des progrès récents) et le Tchad la précédant en bas du classement des pays où les enfants sont les plus menacés.

NDEL