La BM et l'UNICEF appellent à la lutte contre la malnutrition chez les enfants au Vietnam

Dimanche, 15 septembre 2019 à 08:21:11
 Font Size:     |        Print
 

En dépit des conditions de vie nettement meilleures, beaucoup d’enfants vietnamiens souffrent de malnutrition. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - La Banque mondiale (BM) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) ont appelé à des mesures concrètes pour lutter contre la malnutrition chez les enfants vietnamiens. Ils ont réaffirmé leur ferme engagement à œuvrer de concert avec le gouvernement dans ce travail alors que le pays construit sa stratégie de développement socio-économique pour 2021-2030.

Le directeur de la BM au Vietnam, Ousmane Dione, a déclaré que le risque était clair. La malnutrition continue toucher un quart des enfants vietnamiens, ce qui entrave leur développement et réduira leur contribution à l’économie, à moins que des interventions appropriées ne soient menées au cours des deux premières années de la vie des enfants.

Il a ajouté que les enjeux sont encore plus importants pour les enfants des minorités ethniques en raison du taux malnutritif plus élevé, alors qu’ils ont moins accès à des ressources d'assistance nécessaire.

De son côté, la représentante de l'UNICEF au Vietnam, Rana Flowers, a déclaré qu'assurer la meilleure nutrition possible aux enfants au cours des premières années serait sans aucun doute bénéfique pour la santé physique des enfants, mais aussi pour le développement de leur cerveau et leur capacité d'apprentissage, réduisant ainsi les risques à long terme et les coûts de soins de leur santé, et augmentant leurs résultats de l’éducation.

Soutien à l'échelle mondiale

La fourniture de micronutriments aux enfants et aux femmes enceintes est un investissement que les gouvernements font pour obtenir un taux de rendement de leur croissance économique à long terme, a-t-elle souligné, ajoutant que les partenaires de développement se sont engagés à apporter leur soutien à l'échelle mondiale sur la base du leadership du gouvernement vietnamien pour relever les défis de la nutrition.

Alors que le Vietnam a fait des progrès remarquables dans le développement des ressources humaines, la réduction de la sous-alimentation est un défi persistant. Selon l'UNICEF, plus de 230 000 enfants de moins de 5 ans au Vietnam souffrent de malnutrition aiguë sévère chaque année, ce qui est une cause majeure de retard de croissance et de décès chez les enfants de moins de 5 ans.

Un nouveau rapport de la BM intitulé "Malnutrition persistante dans les communautés de minorités ethniques du Vietnam : problèmes et options de politiques et interventions" indique que près d'un tiers des enfants appartenant à une minorité ethnique sont affectés par la malnutrition, plus de deux fois plus que la majorité des enfants de Kinh et 21% des enfants appartenant à ce groupe ont un poids insuffisant, soit 2,5 fois supérieur à celui des enfants de Kinh.


Les interventions nutritionnelles sont particulièrement efficaces pendant les 1 000 premiers jours de la vie, du premier jour de la grossesse au deuxième anniversaire de l’enfant. La sous-alimentation au cours de cette période pourrait entraîner des dommages considérables et en grande partie irréversibles au développement physique et cognitif.

La malnutrition est liée à la baisse de la productivité économique, notamment à une réduction de 10% des revenus au cours de la vie de chaque individu. Lorsqu'elle est multipliée dans un pays entier, une mauvaise nutrition peut coûter à un pays jusqu'à 3% de son PIB par an.

Donc, la BM et l’UNICEF recommandent plusieurs mesures, dont l’obtention d’un financement adéquat et prévisible pour les programmes liés à la nutrition, l’élaboration de plans multisectoriels pour s’attaquer aux déterminants sous-jacents de la malnutrition et intensifier les interventions fondées sur des données factuelles.

VNA/NDEL