Chaque année, 10 000 porteurs du VIH commencent un traitement antirétroviral

Jeudi, 05 décembre 2019 à 11:32:02
 Font Size:     |        Print
 

Le docteur Kidong Park, représentant en chef de l’OMS au Vietnam, lors de la conférence. Photo : VNA.

Nhân Dân en ligne - « Fin septembre 2019, plus de 142.000 porteurs du VIH au Vietnam recevaient un traitement antirétroviral, soit 270 fois plus que l’année 2005 », selon le vice-ministre vietnamien de la Santé Nguyên Truong Son.

« Fin septembre 2019, plus de 142 000 porteurs du VIH au Vietnam recevaient un traitement antirétroviral, soit 270 fois plus que l’année 2005 », selon le vice-ministre de la Santé Nguyên Quôc Cuong, lors d’une conférence tenue le 4 décembre à Hanoï.

Cette conférence, organisée par le Département contre le VIH/SIDA du Ministère de la Santé, était consacrée au bilan des 20 ans du traitement du VIH/SIDA au Vietnam. Près de 500 représentants de nombreux ministères et organes, organisations internationales, établissements médicaux, étaient présents.

Lors de la conférence, le vice-ministre Nguyên Quôc Cuong a souligné les efforts du Vietnam pour lutter contre le VIH/SIDA. Selon lui, chaque année, environ 10 000 porteurs du VIH dans le pays commencent un traitement antirétroviral.

Le Vietnam est le premier pays d’Asie-Pacifique à lancer la mise en œuvre de la cible ambitieuse 90-90-90 pour mettre fin à l’épidémie du SIDA : à l’horizon 2020, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique ; 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable ; 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

A ce jour, le Vietnam a atteint le 3e objectif. « Pour remplir les deux premiers, le pays doit faire face à nombre de défis », a indiqué le vice-ministre Nguyên Quôc Cuong, citant par exemple une forte diminution des aides internationales.

Devant cette situation, le Vietnam cherche à financer le traitement antirétroviral avec des fonds d’assurance-maladie, au lieu des aides internationales comme auparavant. Objectif : les malades continueront de bénéficier du traitement antirétroviral même sans aides internationales.

Appréciant les efforts du pays, Kidong Park, représentant en chef de l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) au Vietnam, a déclaré que le Vietnam était l’un des rares pays du Pacifique à connaître un développement rapide de la couverture des médicaments antirétroviraux. Il a également déclaré tenir en haute estime les efforts du Vietnam pour faciliter l’accès des porteurs du VIH au traitement, notamment ceux vivant dans les zones reculées.

Depuis la découverte du premier cas du VIH au Vietnam en décembre 1990, le pays en a détecté plus de 215 600. Plus de 103.600 décès sont liés au VIH/SIDA. Chaque année, près de 10 000 nouveaux cas du VIH sont recensés et le nombre de morts est d’environ 2 000 personnes.

VNA/NDEL