Nagasaki soutient les travailleurs et étudiants vietnamiens

Samedi, 26 septembre 2020 à 20:53:22
 Font Size:     |        Print
 

Le vice-gouverneur de la préfecture de Nagasaki, Ken Hirata. Photo : VNA

Nhân Dân en ligne — Outre l’accueil des stagiaires et travailleurs vietnamiens, la préfecture japonaise de Nagasaki a coopéré avec plusieurs universités vietnamiennes pour former des aide-soignants et des infirmiers.

Ces dernières années, le nombre de travailleurs et d’étudiants vietnamien a régulièrement augmenté à Nagasaki, une préfecture située au sud-ouest du Japon.

Actuellement, les travailleurs vietnamiens représentent le pourcentage le plus important parmi les étrangers travaillant à Nagasaki.

Le vice-gouverneur de la préfecture de Nagasaki, Ken Hirata, a fourni, lors d’une interview accordée à la presse vietnamienne, des informations sur les relations entre le Vietnam et Nagasaki, ainsi que sur les politiques mises en place par la ville afin d’aider les étrangers, notamment les travailleurs et étudiants vietnamiens.

Journaliste : Monsieur le vice-Gouverneur, pourriez-vous résumer l’histoire des échanges entre le Vietnam et votre préfecture ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Le Vietnam et Nagasaki ont établi des échanges commerciaux depuis le début du 17e siècle.

En juin 2017, Nagasaki a établi un partenariat amical avec la province vietnamienne de Quang Nam (au Centre). Leur coopération s’est articulée autour des échanges culturels et populaires.

Journaliste : Monsieur le vice-Gouverneur, pourriez-vous nous parler des échanges actuels entre le Vietnam et Nagasaki ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Nagasaki effectue régulièrement des échanges avec le Vietnam tels que les Journées japonaises à Quang Nam, les échanges culturels entre le Vietnam et le Japon à Dà Nang, les activités de promotion touristique et culturelle et l’accueil des étudiants vietnamiens.

De plus, la préfecture a encouragé les étudiants vietnamiens à venir faire des études sur son sol, en organisant des concours d’orateurs et en invitant les meilleurs étudiants vietnamiens à venir visiter la ville.

En octobre 2019, les deux localités ont signé un protocole d’accord sur une coopération dans les ressources humaines.

La préfecture a aussi aidé à former des athlètes vietnamiens qui participeront aux Jeux olympiques de Tokyo l’année prochaine.

Journaliste : Pourriez-vous expliquer pourquoi les relations entre le Vietnam et Nagasaki se sont si fortement développées ces derniers temps ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Il y a 400 ans, Nagasaki et les localités vietnamiennes ont établi leurs premières relations. Actuellement, les entreprises et les écoles renforcent activement leurs échanges avec le Vietnam, en les considérant comme des activités indispensables pour le futur.

Via les échanges culturels et populaires, les jeunes hériteront et promouvront ces relations dans d’autres domaines, pour un développement commun.

Journaliste : Pourriez-vous parler de la communauté des Vietnamiens à Nagasaki ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Actuellement, environ 2 700 Vietnamiens résident et travaillent à Nagasaki, dont 180 étudiants, ce qui en a fait la plus grande communauté étrangère de la préfecture. Ils travaillent dans divers domaines tels que l’industrie de fabrication, l’agriculture et l’hôtellerie.

Il est à noter que trois universités de Nagasaki ont établi ses relations de jumelage avec celles du Vietnam.

Les entreprises et universités de Nagasaki apprécient beaucoup les Vietnamiens. J’espère donc que davantage de Vietnamiens viendront à Nagasaki.

Journaliste : D’après vous, quelles politiques les autorités de Nagasaki ont-elles mises en œuvre pour aider les Vietnamiens sur leur sol ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Pour créer des conditions favorables aux Vietnamiens dans la préfecture, nous avons mis en place un bureau chargé de les aider dans la recherche de logement et d’emploi.

L’Association d’amitié Nagasaki-Vietnam aidera également les Vietnamiens concernant les questions de la langue, de l’emploi et d’autres difficultés auxquelles ils sont confrontés dans leur vie quotidienne.

Journaliste : Ces derniers temps, les autorités de Nagasaki ont mis en place de nombreuses politiques en vue d’attirer davantage d’étudiants vietnamiens, notamment la fondation de l’école de langue japonaise Goto destinée exclusivement aux étudiants vietnamiens. Pourriez-vous nous parler de ces politiques ?

Le vice-gouverneur Ken Hirata : Nagasaki a fait tout son possible pour créer un environnement d’apprentissage attractif pour les étudiants vietnamiens.

Beaucoup d’étudiants ont été recrutés par des entreprises locales après leurs études à Nagasaki.

Nous souhaitons accueillir davantage d’étudiants vietnamiens à Nagasaki où ils peuvent profiter d’un environnement d’apprentissage moderne, d’un beau paysage, d’une bonne cuisine et d’un environnement très sûr.

Journaliste : Merci de nous avoir accordé de votre temps pour cet entretien.

NDEL

  Partager cet article

AUTRES ACTUS: