L’énergie de l’origine

Mardi, 16 janvier 2018 à 11:15:59
 Font Size:     |        Print
 

La chorégraphe et actrice française d’origine vietnamienne, Kim Sanh Châu. Photo: http://baoquocte.vn

Nhân Dân en ligne - La chorégraphe et actrice française d’origine vietnamienne, Kim Sanh Châu, souhaite recevoir plus de sources d’énergies du pays natal depuis sa tendre enfance .

Se produire pour la première fois au Vietnam

Kim Sanh Châu a appris la danse depuis son enfance . Après avoir étudié la danse au Canada, elle a participé à des projets de danse contemporaine. Étant danseuse, elle a travaillé avec de nombreux artistes mondialement connus et leurs œuvres ont été représentées à Toronto, Montréal du Canada, en Italie, en Colombie, etc.

Kim Sanh Châu dans une oeuvre de danse. Photo: http://baoquocte.vn

Dans ses œuvres, Kim Sanh Châu essaie de transmettre un message sur la paix, en le traduisant à chaque petit mouvement, en mettant l’accent sur l’énergie et l’émotion. Elle a un père vietnamien, une mère française d’origine vietnamienne et a grandi au Canada. Elle a su profiter de la subtilité des différentes cultures qui lui procurait la foi . Et la source d’énergie en elle devient de plus en plus abondante à travers la création artistique en tant qu’actrice et chorégraphe de la danse contemporaine.

Ces dernières années, Kim Sanh Châu revenait souvent au Vietnam. Participant au festival de la danse contemporaine « Rencontre Asie-Europe », elle a eu l’occasion de se produire pour la première fois au pays natal.

Nourrir les sentiments envers le pays natal

Parlant de l’émotion de sa première représentation au Vietnam, elle dit se sentir très heureuse comme si elle est chez elle . Au retour au pays natal à 20 ans, elle était très fière, trouvant le Vietnam , un pays dynamique . Plus particulièrement, elle se disait avoir reçu des sources d’énergie vigoureuse après la visite des sites et la rencontre des gens .

Elle souhaite retourner plusieurs fois encore au pays natal, découvrir des sites et nourrir ses sentiments envers le pays natal. Dans le temps à venir, elle souhaite découvrir davantage la culture, les mœurs et coutumes vietnamiennes, tout en apprenant activement la langue vietnamienne pour pouvoir parler vietnamien.

Elle retournera à Hô Chi Minh-Ville en avril prochain avec son nouveau projet « Kaleidoscope » à la fête Crossing-over. Dans ce projet, elle collaborera avec deux danseurs vietnamiens, espérant que cette œuvre sera bien accueillie par le public vietnamien.

NDEL