Les touristes étrangers louent la gastronomie vietnamienne

Mercredi, 06 janvier 2021 à 17:03:17
 Font Size:     |        Print
 

Les « chả rươi » (hachis frit de néréides). Photo : https://baoquocte.vn

Nhân Dân en ligne - La gastronomie vietnamienne a toujours son propre attrait, ce qui incite de nombreux étrangers à l'essayer une fois, pour ensuite « s’en souvenir pour toujours ».

Il n'est pas exagéré de dire que la gastronomie vietnamienne s'affirme progressivement et se fait une place sur la « carte gastronomique mondiale ». Cela se reflète dans une série d'articles étrangers, avec les appréciations des visiteurs étrangers.

En plus des plats qui créent la « marque particulière » connue de nombreuses personnes comme le « phở » (soupe de nouilles de riz au poulet ou au bœuf), les « nem frits » et le « bánh mỳ » (sandwich vietnamien), il existe de nombreuses autres spécialités simples qui passionnent les visiteurs occidentaux.

Les « chả rươi » (hachis frit de néréides)

Chaque fois qu’il visite Hanoi, le journaliste du South China Morning Post Chieu Luu ne manque pas de profiter de la célèbre spécialité qui était autrefois considérée comme un plat pour les riches. Aujourd'hui, la « cha ruoi » est devenue plus populaire auprès des habitants et des touristes.

L'ingrédient principal du plat est la néréide fraiche, qui vit en abondance dans le delta du fleuve Rouge. À partir des animaux « visqueux », les mains habiles des cuisiniers font le « chả rươi » parfumé, faisant les visiteurs étrangers l'apprécier dès la première fois.

Impressionné par ce délicieux plat à la saveur spéciale, Chieu voulait également tester la réaction des convives étrangers à leur première dégustation de ce plat. Il a apporté alors une boîte de « chả rươi » et invité certains touristes étrangers à en déguster. Bien que quelques personnes aient hésité à essayer, la majorité de ceux qui en avaient pris ont dit que le plat avait un goût et un arôme très particuliers.

Ce n'est pas la première fois que le « chả rươi » apparaît dans les journaux internationaux. En décembre 2018, l'agence française de presse AFP a également présenté cette spécialité, et en affirmant qu’il s’agissait d’un plat à ne pas manquer en hiver à Hanoi.

Le « bún đậu mắm tôm » (tofu frit et vermicelle de riz à la sauce de crevettes)

Lors d'un récent voyage à Hanoi, Max McFarlin, un célèbre blogueur de voyage américain de l'Arkansas, a visité un restaurant « bún đậu mắm tôm » sur le trottoir à Hanoi.

Ce plat est un plat familier de la cuisine du Nord du Vietnam, mais est actuellement présent dans tout le pays. Le plat comprend des ingrédients populaires comme des vermicelles frais, du tofu frit.

L'âme du plat est la bonne sauce de crevettes mélangeant harmonieusement les ingrédients. En raison de son odeur particulière, ce n’est pas que tout le monde peut manger cette sauce, en particulier les visiteurs étrangers. Malgré cela, Max a toujours voulu l’essayer comme un autochtone.

Il a choisi un plateau complet composé de vermicelles de riz frais, des tofus frits chauds, des « nem frits » et des viandes de porc bouillis et beaucoup d'herbes. Cet homme américain a trouvé que la sauce de crevettes était si bonne qu'il a du en commander plus.

Le « bún riêu » (Soupe de vermicelles de riz au crabe revisitée)

Un autre blogueur de voyage américain aime un autre plat de vermicelles populaire vietnamien. C'est Mark Wiens, blogueur de l'Arizona. Avant, il a eu l'occasion de déguster toutes sortes de spécialités simples du pays, comme des vermicelles de bœuf de Huê, la soupe de vermicelles de riz aux porc et champignons, en passant par le riz abordable.

Ces délices sont présentés par lui sur son site Youtube personnel, suivi par plus de 7 millions de personnes dans le monde. Et ce plat de vermicelles « bún riêu », il en mange dans un restaurant situé pas loin du centre de Hô Chi Minh-Ville.

Le bol de vermicelles que Mark a pris était composé de tous les ingrédients : des nouilles blanches au tofu frit, du sang de porc, des hachis de crabe, parfois des boulettes de viande, mélangés dans un bouillon aigre-doux à base de crabe, de tamarin et de tomate, ce créant une attraction difficile à résister.

À la première dégustation du bouillon, Mark a trouvé « un goût indescriptible ». Il y a également ajouté un peu de sauce aux crevettes, de la sauce de chili et du jus de citron, servi avec une assiette d'herbes de toutes sortes.

Ce blogueur américain a souligné que ce plat de rue simple était sa collation la plus satisfaisante » à Hô Chi Minh-Ville.

NDEL