La cuisine de rue du Vietnam figure dans la liste des 5 meilleures du monde

Lundi, 28 octobre 2019 à 14:42:51
 Font Size:     |        Print
 

Photo d'illustration : PVC.

Nhân Dân en ligne – Hô Chi Minh-Ville se classe au 4e rang en termes de meilleure ville du monde pour la qualité des aliments de rue, selon une enquête menée récemment par le magazine américain CEOWORLD.

Singapour arrive en tête dans la liste, suivi de Bangkok (Thaïlande), Hong Kong (Chine), Ho Chi Minh-Ville et Mumbai (Inde).

L’enquête a été faite au cours de trois mois en se basant sur les données et les commentaires de 92 000 voyageurs et de 1 400 agences de voyage venant de 86 pays et territoires

Le choix des meilleures villes s’est concentré sur quatre critères : le nombre de vendeurs de rue, un prix abordable, le nombre d’expériences de restauration de rue et l’hygiène alimentaire.

La gastronomie sur les trottoirs dont la commodité, la simplicité et le caractère mobile, qui satisfont complètement le besoin et l’habitude de la population et des touristes, devient de plus en plus répandue. Les gens, quels que soient leur fortune, leur âge ou leur sexe, peuvent passer rapidement et facilement au bord de la rue pour acheter quelques plats à emporter à petit prix. Par ailleurs, le mode de vie urbaine rend les gens plus pressés, ils n’ont pas beaucoup de temps pour préparer les plats à la maison et ils doivent « manger sur le pouce ».

Au lieu de perdre du temps à trouver une place dans un parking au supermarché, les citadins préfèrent s’asseoir sur leur moto et se mêler à la foule hâtive pour acheter directement leur nourriture

Ce n’est pas difficile de trouver un petit commerçant qui vend diverses gourmandises ou des boissons désaltérantes. La plupart des clients seraient des travailleurs, des passants ou des voisins qui veulent déguster une gorgée de thé et bavarder ensemble de choses futiles ou de faits divers de la vie quotidienne. De plus, il semble que la frontière entre les âges, les sexes ou la situation sociale est effacée. D’un côté, les étals sont un moyen de subsistance. De l’autre côté, les vendeurs s’efforcent de vendre de « la joie de vivre ».

La cuisine de rue est très en vogue et ne cesse de devenir une composante incontournable au Vietnam. Les étals avec leur diversité deviennent des lieux de vie quotidienne, de rencontres, d’achats et de distraction.

La cuisine de rue possède aussi une recette particulière pour attirer les convives, c’est le savoir-faire typique perpétué depuis des dizaines d’années créant une saveur distinctive.

NDEL