Journal américain : le Vietnam déterminé à relancer rapidement son tourisme

Samedi, 16 mai 2020 à 10:57:05
 Font Size:     |        Print
 

Photo d’illustration. VNA

Nhân Dân en ligne - Le Vietnam a l'avantage d'être considéré comme un pays sûr après l'épidémie et aussi comme une destination touristique plus attrayante.

Le journal américain Skift a publié un article sur la reprise touristique au Vietnam après la pandémie de COVID-19.

Avec seulement 288 cas de contamination et aucun décès, le Vietnam est devenu le premier pays d'Asie du Sud-Est à sortir de l'épidémie, devant d'autres pays de la région comme Singapour ou la Thaïlande.

Depuis l'assouplissement de la distanciation sociale le 23 avril, les vols intérieurs ont repris. Les bus, les trains, les restaurants et les magasins de détail ont repris aussi leurs activités. Vietnam Airlines a proposé au gouvernement de reprendre certains vols internationaux en juin.

Des efforts de création d'une région touristique indépendante avec la Chine et la Corée du Sud (les visiteurs ne peuvent visiter que des endroits désignés) sont en cours. En cas de succès, cela aidera le tourisme du Vietnam à dépasser la Thaïlande.

Le Conseil consultatif du tourisme (TAB), une organisation à but non lucratif composée de dirigeants et d'intervenants, a demandé au gouvernement de tenir prochainement des négociations bilatérales avec les marchés clés, a souligné le vice-président du TAB Kenneth Atkinson.

"Les marchés que le Vietnam doit cibler sont la Chine et la Corée du Sud, puis l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour et Taïwan", a-t-il proposé.

Les touristes chinois et sud-coréens représentent 55% du total des arrivées de touristes au Vietnam, aussi ces deux marchés s’avèrent-ils très importants. Parmi les 18 millions de visiteurs au Vietnam l'année dernière, 6 millions étaient Chinois et 4 millions Sud-coréens.

Les corridors touristiques ouvriront des opportunités pour les affaires et les loisirs. De nombreuses entreprises manufacturières ont quitté la Chine pour le Vietnam. L'investissement direct étranger (IDE) reflète du tourisme. Si le tourisme se développe, l'IDE affluera.

Tourisme domestique

La perspective de restaurer le tourisme intérieur, comme le Vietnam l'a fait après l'épidémie de SRAS en 2003, est également brillante.

Selon les données d'Indochina Capital, le nombre de réservations d'hôtels et de chambres pendant les jours fériés du 30 avril-1er mai a augmenté dans les principales villes du pays.

Michael Piro, qui possède un certain nombre de bars et de restaurants à Ho Chi Minh-Ville, a déclaré que lors de leur réouverture récente, les ventes étaient meilleures qu’avant l'épidémie.

Environ 40% des 96 millions de Vietnamiens ont moins de 25 ans. Dynamiques, sains, bien informés sur les technologies et prenant des risques, ils ont fait partie des 85 millions de voyages intérieurs l'année dernière.

Le marché du tourisme intérieur a augmenté grâce à la croissance de 11% du PIB depuis 2000, classant le pays parmi ceux affichant la croissance la plus forte au monde. Un autre facteur est que le gouvernement investit 11% du PIB dans des infrastructures telles que les routes.

Selon Skift, aucun pays d'Asie du Sud-Est ne dépense plus en infrastructures que le Vietnam. Michael Piro a déclaré que 60% du tourisme intérieur se déroulait sur les routes, bien que le transport aérien soit également stimulé par la croissance des compagnies aériennes à bas prix telles que Vietjet ou Jetstar.

Changement de statut

Le Vietnam est dans une nouvelle position par rapport à la Thaïlande pour attirer les touristes chinois et sud-coréens après le COVID-19.

Il n'a fallu au Vietnam que 7 ans pour passer de 6 millions de visiteurs à 15 millions, tandis que la Thaïlande a mis 15 ans.

Le Vietnam a l'avantage d'être considéré comme un pays sûr après l'épidémie et aussi comme une destination touristique plus attrayante.

"Après avoir été enfermé trop longtemps à l'intérieur, les gens seront avides de voyages et d'expériences. Au Vietnam, ils pourront découvrir des grottes, des cascades, des montagnes, des rizières, des plages et le Mékong en une semaine", a suggéré Michael Piro.

CPV/NDEL