Saison du riz mûr de Mù Cang Chai

Samedi, 03 octobre 2020 à 16:21:04
 Font Size:     |        Print
 

La saison du riz mûr de Mù Cang Chai. Photo : Thu Huyên/NDEL.

Nhân Dân en ligne – Chaque année, quand la saison du riz mûr arrive, de nombreuses personnes se rendent dans les régions montagneuses où se trouvent de magnifiques rizières en terrasses de Mù Cang Chai dans la province montagneuse septentrionale de Yên Bai.

Mù Cang Chai est un district montagneux de la province de Yên Bai, contigu au district de Van Ban au Nord, au district de Muong La au Sud, au district de Than Uyên à l'ouest et au district de Van Chân à l'est. Le district de Mù Cang Chai est situé au pied de la chaîne de montagnes de Hoàng Liên Son de 1 000 m d’altitude.

Pour s’y rendre, les visiteurs doivent faire un voyage assez ardu pour voir les rizières dorées magnifiques.

La saison du riz mûr à Mù Cang Chai a lieu du 15 septembre au 20 octobre chaque année.

Pour leur survie, les H'Mông vivant dans l'Ouest de Yên Bai ont défriché des montagnes, les transformant en champs en terrasses pour la culture du riz inondé, et ces grands champs sont devenus de beaux paysages à l’époque de riz mûr doré.

Les rizières en terrasses ont été créés par l’ethnie H’Mông elles-mêmes comme un chef-d'œuvre d'art rare réalisé par une géante main. Des ondes jaunes s'enroulaient sur les pentes, couche après couche, en s'étirant à l'infini.

Ces champs en terrasse représentent également les valeurs culturelles traditionnelles de la minorité ethnique H’Mông. Mù Cang Chai compte actuellement 2 500 ha de rizières en terrasses concentrés dans les communes de La Pan Tân, Chê Cu Nha, Dê Xu Phinh,...

Pour défricher un champ en terrasse, c’est un processus complexe qui demande beaucoup d’efforts de la part de la minorité ethnique H’Mông. La source d'eau pour ces parcelles provient des ruisseaux. Les H'Mông alimentent en eau les rizières de haut en bas séparément afin de limiter les impacts sur la fertilité des sols en cas des crues ou de forts courants.

Pour rendre leurs champs plus plats, les H’Mông utilisent de l'eau pour la mise à niveau. Les zones accidentées seront ratissées, les endroits plus élevés seront abaissés, les champs autour d'une colline se trouveront à des niveaux différents et de hauteurs différentes, formant des terrasses.

Les travaux se perpétuent ainsi de génération en génération et forment un vaste espace de rizières en terrasses comme des œuvres d'art.

THU HUYÊN/NDEL