Les habitants du Tây Bac sont attachés à la forêt

Mardi, 16 février 2021 à 20:56:47
 Font Size:     |        Print
 

Lù Thi Gôn (à gauche) et les touristes. Photo : NDEL

Nhân Dân en ligne – Les habitants de la région du Tây Bac (Nord-Ouest) vivent essentiellement de la forêt et de la montagne de génération en génération. Cette nature est une partie d’eux-mêmes, ils la protègent donc de tous leurs efforts.

Les gens vivent de la montagne

Lù Thi Gôn, une jeune fille de l’ethnie minoritaire de Dao, vivant dans le village de Pho, dans la province de Lai Chau, s’est mariée à l’âge de 17 ans. Leur maison est au pied de la montagne de Putaleng.

Depuis cinq ans, les jeunes s’essayent à escalader la montagne, alors les métiers de porteur, de guide et de cuisinier ont aidé les villageois à améliorer leur niveau de vie. En 2018, le fils de Gôn avait deux ans et elle rencontrait de nombreuses difficultés dans la vie. Après avoir confié son enfant à sa mère, elle a commencé le métier de porteur. En ce moment, elle sert de guide sept ou huit groupes de touristes par mois.

Au début, Gôn parlait mal vietnamien. Il lui a fallu du temps pour qu’elle maitrise la langue et s’habitue à la conversation. En revanche, cette porteuse fait très bien la cuisine et est très chaleureuse. Elle a toujours sur elle du mac khén, un équivalent du poivre, c’est ingrédient typique du Nord-Ouest pour accompagner les plats grillés, ce qui plait beaucoup aux touristes. L’année dernière, elle a acheté son premier smartphone. Depuis, elle travaille à la fois comme porteuse et photographe.

En fonction des circuits, Gôn et son mari sont payés entre 300 mille à 500 mille dôngs par jour. Malgré les difficultés, ils sont toujours contents de leur travail.

Trang A Khu, un jeune homme de l’ethnie H’mong né en 1996, est un porteur professionnel au village de Sang Ma Sao, dans la province de Lào Cai. Il est l’un des rares porteurs à avoir obtenu un certificat d’achèvement du programme de formation sur les compétences en tourisme communautaire.

En novembre dernier, Phan Thanh Nhiên, directeur d’Everest Viêt, et Trang A Khu ont établi un record : ils ont conquis les six sommets parmi les quinze les plus hauts du Vietnam en 3 jours et 6 heures. Il s’agit des sommets Fansipan, Ngu Chi Son, Ky Quan San, Lao Thân, Nhiu Cô San et Putaleng. Lorsqu’ils sont arrivés au dernier sommet de Lao Thân, il faisait nuit et il pleuvait à verse. En raison de son expérience, Phan Thanh Nhiên a décidé de descendre le plus tôt possible. Trang A Khu a pris froid, mais il se sentait heureux d’avoir essayé pour la première fois un circuit si difficile.

« La forêt n’a pas besoin d’ordures »

Il s’agit d’un mot d’ordre que l’administrateur de l’Association des passionnés d’escalade a lancé sur son forum pour appeler les membres à prendre conscience de la protection de l’environnement lorsqu’ils font de l’escalade.

Il a montré sur son forum les photos qu’il avait prises en escaladant la montagne Pusilung au début du décembre 2020. Il s’agit d’une des montagnes les plus accidentées et dangereuses de la région Nord-Ouest. Après avoir campé, les touristes ont laissé de petites bouteilles de gaz, des sacs en plastique, des imperméables, des bouteilles d’eau et des papiers d’emballage, le long du chemin. Grâce à ces photos postées, les membres du forum ont rapidement trouvé les contrevenants et les ont rappelés à la protection de l’environnement.

Tân Chin Khê, un jeune homme de l’ethnie de Dao rouge résidant dans le village de Nà Doang, dans la province de Lai Châu, travaille comme porteur depuis plusieurs années. Il est apprécié par les touristes pour son dévouement et son professionnalisme. Lors des escalades, il est toujours le dernier à rester pour récupérer les ordures.

Comme la plupart des porteurs dans la région du Tây Bac, la vie de Tân Chin Khê dépend de la montagne. Pour eux, la montagne et la forêt sont leur chair et leur sang. Alors, ils ont conscience de l’importance de la protection de l’environnement.

Formation de porteurs professionnels

Au début d’août 2020, le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme en coordination avec le Département général des sports et de l’éducation physique a organisé des cours d’escalade en faveur des sauveteurs et porteurs.

Jusqu’à présent, les porteurs étaient autodidactes. Ils espèrent toujours que ces cours seront organisés de plus en plus souvent dans les provinces montagneuses.

La région du Nord-Ouest, notamment les provinces de Lao Cai et de Lai Chau, dispose de belles montagnes que de nombreux touristes désirent découvrir. Chaque escalade offre une nouvelle expérience inoubliable. Selon Phan Thanh Nhiên, professeur d’escalade, au cours de ces trois dernières années, le nombre de touristes dans la région Nord-Ouest a connu une augmentation spectaculaire. Dans les temps à venir, la randonnée en montagne va occuper une grande part de marché du tourisme domestique. Il est nécessaire de former des porteurs locaux professionnels pour répondre à la demande touristique.

NDEL